Jan Segers

Journaliste pour Het Laatste Nieuws

L’homme à la tête de l’équipe promotionnelle d’une entreprise publique doit-il gagner autant que le Premier ministre ? L’État a-t-il absolument besoin d’une équipe cycliste professionnelle et par extension, doit-il vraiment s’adonner à l’organisation de jeux de hasard? Opinion de Jan Segers.

Lire plus

Dans ce gouvernement, aucun parti ne fait de concession à un autre. Que les partenaires de la coalition se poussent mutuellement dans le précipice, c’est leur problème. Qu’ils nous y entraînent, vous, moi et notre bien-être, avec l’arrogance et la discorde qui les caractérisent, là, c’est notre problème.

Lire plus

La proposition de Theo Francken de doubler la capacité des centres fermés pour détenir les immigrés clandestins refoulés, tels que l’auteur de l’attaque de Charleroi, crée l’illusion que le terrorisme peut être évité. Opinion de Jan Segers.

Lire plus

Une station de radio ouvrait son bulletin d’information matinal par cette phrase aride : « un meurtre politique en Grande-Bretagne permet aux marchés boursiers de terminer en hausse pour le deuxième jour consécutif. » Les agents boursiers sont des gens cyniques.

Lire plus

Bart De Wever a banni les débats communautaires de l’agenda politique pendant cinq ans. Mais si la Wallonie continue de faire grève envers et contre tous, et qu’elle laisse grandir une énième génération sans perspective d’amélioration, alors la Flandre lui enverra en 2019 une facture dont elle se souviendra.

Lire plus

Les partis des coalitions fédérale et flamande, MR, N-VA, CD&V et Open Vld, accumulent les revers. Deux ans après les élections, leur majorité apaisante s’est mue en minorité mortifère. Le doute s’est installé. Et si ce n’était pas qu’un sondage ?

Lire plus

Depuis le 22 mars, tous ceux qui travaillent au sein et autour de l’aéroport ont fait montre d’un courage inouï. Tous ont ramassé les morceaux, rassemblé les débris, la tête haute, le regard fier, en faisant abstraction de leurs peurs. Zaventem revivait, Zaventem revolait. Jusqu’à hier. À cause d’une bande de nombrilistes.

Lire plus

« La confiance n’exclut pas le contrôle », avait Lénine pour devise. Et dire que c’est précisément le gouvernement Michel — de droite libérale — qui est animé par une volonté farouche de la faire sienne.

Lire plus

Un service minimum présuppose un minimum de bonne volonté. Et manifestement, celle-ci manque aux syndicats des chemins de fer. Bonne chance à ceux qui comptent sur leur collaboration !

Lire plus

On peut anesthésier provisoirement la capitale, mais on ne peut la paralyser indéfiniment. Le gouvernement doit avoir le courage de dire qu’aucune force ne pourra jamais nous prémunir contre une attaque.

Lire plus

Jacqueline Galant le reconnaît: son inspiration est épuisée. Curieux aveu d’impuissance de la part d’une ministre de la Mobilité aux affaires depuis un an à peine.

Lire plus

L’émission « De Afspraak » de la VRT a créé la polémique en invitant sur son plateau un ancien djihadiste belge. Jan Segers donne son opinion sur un sujet qui suscite l’émoi en Flandre.

Lire plus

Il y a les Premiers ministres qui manquent tous les jours l’occasion de se taire, tel le Premier ministre hongrois Viktor Orban. Il y a aussi ceux qui loupent l’occasion de s’exprimer, comme le Premier ministre belge.

Lire plus

Le bourgmestre Hans Bonte estime qu’il est absurde d’ouvrir un centre d’accueil pour demandeurs d’asile s’il ne peut garantir leur sécurité. C’est le monde à l’envers.

Lire plus

Donald Trump est plus que le clown pour lequel il se fait passer. Si vous l’interrogez sur ses propos grossiers et insultants, il vous répondra qu’il ne donne pas dans le politiquement correct.

Lire plus

Tant que l’Europe raisonnera comme Madame Mogherini, arguant qu’il n’est point question de religion, ces extrémistes riront dans leur barbe. Et ils amarreront encore, tout aussi tranquillement, à Port El Kantaoui, pour venir y décimer des baigneurs candides. Écœurant, certamente.

Lire plus

Le besoin irrépressible de la N-VA de se défouler sur des cibles faciles comme Schauvliege et De Crem évoque davantage l’affolement d’un gibier aux abois que la précision d’un chasseur d’élite.

Lire plus

En politique, l’amitié n’existe pas. Et si elle existait, Bart De Wever ne se serait pas interrogé ouvertement sur la façon dont Pieter De Crem occupe ses journées. « Que fait-il réellement? ». Le genre de petite remarque cinglante que l’on ne fait même pas à son pire ennemi. Mais il n’y a que la vérité qui blesse.

Lire plus

Sort-on un sans-abri de la misère en lui offrant une seule fois un matelas quatre étoiles et un déodorant Hermès ? Non, bien sûr. Que faire alors ? La lutte contre la pauvreté revient aux pouvoirs publics.

Lire plus