Daar Daar logo

2015, année politique
21 décembre 2015

2015, année politique

Temps de lecture: 3 minutes
Joyce Azar
Auteur

Durant la période des fêtes de fin d’année, DaarDaar vous propose chaque jour une rétrospective sur un thème qui a marqué 2015. Une sélection qui provient des nombreux articles que nous avons pris soin de traduire pour vous tout au long de l’année. En politique, le gouvernement Michel a mis de côté le communautaire pour s’occuper de dossiers socio-économiques, tels que celui du taxshift. Le parti socialiste flamand a désigné son nouveau président, alors qu’à Linkebeek, la N-VA et les francophones se sont livré une bataille sans merci pour s’approprier le mayorat de cette commune à facilités. 

Bruno Tobback: un combat perdu d’avance ?

En juin dernier, les socialistes flamands du sp.a ont élu leur nouveau président. Deux candidats s’affrontaient pour prendre la tête du parti : le président du sp.a, Bruno Tobback, et l’ancien secrétaire d’Etat à la Lutte contre la fraude fiscale, John Crombez. Si le programme des deux hommes était relativement similaire, celui de John Crombez se révélait davantage de gauche. C’est finalement ce dernier qui l’a emporté. Un mois avant le scrutin, le journaliste de la VRT Fabian Lefevere faisait le point sur le grand débat qui avait confronté les deux candidats

Un Premier ministre francophone pour réconcilier les flamands ?

Le 25 mai 2015, cela faisait un an que les élections en Belgique avaient eu lieu. À cette occasion, le politologue flamand Dave Sinardet nous avait livré un bilan des débuts du gouvernement Michel et sur les résultats obtenus. Il avait dans la foulée analysé les forces politiques qui provoquent l’(in)stabilité de ce gouvernement hors du commun.

Petits meurtres entre amis

« En politique, l’amitié n’existe pas. Et si elle existait, Bart De Wever ne se serait pas interrogé ouvertement sur la façon dont Pieter De Crem occupe ses journées ». Telle est l’introduction d’un éditorial du quotidien Het Laatste Nieuws sur le voyage à New York du bourgmestre d’Anvers en juin 2015. Le leader de la N-VA avait alors publiquement remis en question la fonction du secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, cette compétence ayant été transférée aux Régions depuis la 6e réforme de l’Etat. Ses propos n’avaient pas manqué d’irriter les responsables du CD&V.

Taxshift: les Pays-Bas, un exemple à suivre ?

À la veille des grandes vacances, les débats sur le taxshift s’éternisent et les membres du gouvernement fédéral ne parviennent pas à se mettre d’accord sur l’instauration d’un glissement fiscal visant à alléger les prélèvements sur le travail en augmentant d’autres formes d’imposition. Les Pays-Bas ont de leur côté bouclé leur réforme. Dans une analyse pour le site de la VRT, le journaliste politique Tim Pauwels se demande si la Belgique ne ferait pas mieux de s’inspirer de son voisin néerlandais.

Silence radio sur le front communautaire

Lors des négociations menées dans le cadre de la formation de la coalition suédoise, la N-VA a accepté de ne pas parler de communautaire pendant cinq ans. Mais cette décision signifie-t-elle qu’il n’y a plus le moindre problème ? La paix règne-t-elle dans le petit royaume ? Tels sont les questions auxquelles le rédacteur en chef du Doorbraak, pure player proche du mouvement flamingant, a tenté de répondre.

Le retour du carrousel

Rien ne va plus à Linkebeek, où le « carrousel », terme bien connu de la politique belge, est de retour. En septembre 2015, une lutte d’influence entre Flamands et francophones fait rage dans cette commune à facilités. Pour le journaliste Marc Van de Looverbosch, les étincelles qu’elle engendre risque bien de provoquer une nouvelle déflagration communautaire.

Le frérot mal aimé du Gouvernement Michel

En octobre, les ministres fédéraux tombent d’accord sur la hausse de la TVA sur l’électricité et sur une taxe sur les boissons sucrées. Pourtant, la présidente de l’Open VLD, Gwendolyn Rutten, admet que son parti n’est pas favorable à la première mesure, et que la seconde est tombée plus tôt que voulu. Le journaliste du Morgen, Dieter Bauwens, constate ainsi que les libéraux flamands semblent avoir du mal à trouver leur place au sein du gouvernement Michel.

Le nouveau Tobback s’appelle Mohamed

Louis Tobback, qui règne en maître sur la ville de Louvain depuis maintenant 20 ans, a dévoilé en ce mois de décembre le nom de son successeur. Contrairement à certaines attentes, il ne s’agit pas de son fils Bruno, ancien président du sp.a, mais bien de Mohamed Ridouani. Âgé de 36 ans, ce fils d’immigrés marocains compte se présenter aux élections communales de 2018 en vue de reprendre le flambeau de son « père spirituel ». C’est que les deux hommes se ressemblent comme deux gouttes d’eau, comme le constate la journaliste Ann Van den Broek dans ce portrait.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée