Daar Daar logo

11 décembre 2015

Le nouveau Tobback s’appelle Mohamed

Temps de lecture: 2 minutes
Fabrice Claes
Traducteur Fabrice Claes

Fils d’immigrés marocains de la première génération, Mohamed Ridouani, 36 ans, est le nouveau leader du sp.a louvaniste. Son père spirituel en politique s’appelle Louis Tobback. La ressemblance entre les deux hommes est frappante. Tous ceux qui le connaissent vous le confirmeront : « Les deux hommes se ressemblent comme deux gouttes d’eau. »

« En effet, c’est bien un coup monté de ma part. » Louis Tobback, qui règne en maître sur la ville de Louvain, a du mal à dissimuler ce sourire narquois auquel il nous a si bien habitués. Il adore quand un plan se déroule sans accroc. Mohamed Ridouani sera le seul candidat proposé pour mener la liste sp.a aux élections communales de 2018, et ce n’est pas le fruit du hasard.

Si le bourgmestre Louis Tobback a accordé au jeune échevin Ridouani un nombre monstrueux de compétences en 2012, quitte à ce que celui-ci se casse le cou, ce n’est pas pour rien. « Peut-être qu’il arrivera à s’en sortir. Dans ce cas, on pourra le considérer comme un très grand. » Louis Tobback, qui a depuis lors atteint les 77 ans, se confie : « Il me reste une chose à réussir dans ma carrière : ma succession. Je suis parvenu à diriger Louvain pendant 24 années, et je ne veux pas que ce travail soit réduit à néant. Je mettrai donc les bouchées doubles pour qu’il remporte les élections en 2018. »

Pour ce faire, la liste comprendra deux Tobback : le père et le fils. Ce dernier, qui n’aura pas le privilège de suivre les traces de son père, souligne qu’il ne ressent pas la moindre rancune. « Pour moi, il est logique que Mohamed soit tête de liste. Je n’ai personnellement jamais siégé au Conseil communal. De quel droit pourrais-je réclamer sa place ? »

À terme par contre, aucun scénario n’est exclu, comme l’explique le père Tobback : « Mohamed et Bruno ont tous deux encore quelques décennies de carrière devant eux, et beaucoup d’eau doit encore couler sous les ponts. Il m’apparaît donc plus opportun de gagner ensemble que de perdre ensemble. »

Le fils adoptif

Le chemin parcouru à ce jour par le candidat-bourgmestre Ridouani s’apparente à un conte de fées. Né en 1979 de parents marocains venus s’établir dans les années 1960 à Louvain et cadet d’une fratrie de six enfants, il a appris à lire bien plus tôt que les enfants de son âge grâce aux leçons de ses voisins étudiants de la rue Joseph II. À dix-huit ans, il a entrepris des études universitaires de sciences commerciales avant de devenir consultant en costard et voiture de société chez Deloitte, pour la plus grande fierté de ses parents. Conscient du caractère remarquable de son parcours, il décide d’aider d’autres jeunes à avoir les mêmes chances que lui. Pour ce faire, il crée un programme d’accompagnement avec quelques-uns de ses amis.

C’est à ce moment-là, en 2005, que Ridouani se fait remarquer par Stijn Bex, un ancien de Spirit et de Groen. Son succès électoral aux communales de 2006 lui valut immédiatement un poste d’échevin. Il rejoindra les rangs de la sp.a en 2009, lorsque Spirit a rendu l’âme.

Itinéraire d’un fan de kung-fu

  • Né le 24 juin 1979 à Louvain
  • Fils d’immigrés marocains
  • Études de sciences commerciales
  • Sorti de nulle part et propulsé échevin de l’Enseignement en 2006
  • Reçoit en 2012 de nombreuses compétences : Personnel communal, Enseignement, Environnement, Urbanisme, Régie communale autonome, Économie et Immobilier
  • Marié à Geertrui, père de Dries (4 ans) et d’Ilias (2 ans)
  • Amateur de kung-fu, d’histoire et de quizz sur le dialecte louvaniste
  • Musulman non pratiquant

Ann Van den Broek pour De Morgen
Traduit du néerlandais par Fabrice Claes

Mots clés :
© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée