DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

1er mai : Pourquoi les rouges s’attaquent au Vlaams Belang
03·05·22

1er mai : Pourquoi les rouges s’attaquent au Vlaams Belang

Temps de lecture : 2 minutes
Fabrice Claes
Traducteur Fabrice Claes

Visiblement, Conner Rousseau tient pour acquis qu’après les élections de 2024, la N-VA sera obligée de gouverner soit avec son parti, Vooruit, soit avec le Vlaams Belang. Ceci expliquerait en tout cas les attaques qu’il a lancées contre le parti d’extrême droite le 1er mai. Les discours de Tom Van Grieken, président du Vlaams Belang, et de Conner Rousseau se sont tenus tous les deux à Sint-Niklaas, ce qui a immanquablement suscité de vigoureuses joutes oratoires.

Le socialiste jouait à domicile, ce qui lui a laissé l’occasion de s’attaquer sans merci au parti qu’il abhorre. Tom Van Grieken, qui, paraît-il, a adapté son discours minute par minute, a relevé le défi avec plaisir. Il a bien entendu les propos de Rousseau, qui prétendait que le Vlaams Belang était un loup déguisé en mouton, et répliqué que Rousseau n’avait aucune idée de ce que vivent les vraies gens.

Conner Rousseau : « Je ne pense pas que ma participation à The Masked Singer ait nui à qui que ce soit. »

Il n’y a rien de neuf ni d’étonnant à voir Vooruit lancer des mises en garde face aux pièges de l’extrême droite. Le socialisme n’a rien de conciliable avec les valeurs du Vlaams Belang. Par contre, le fait que Rousseau le fasse le jour de la Fête du Travail trahit une certaine nervosité.

Par le passé, nous avons déjà vu que les électeurs de Vooruit et du Vlaams Belang, et surtout leurs prédécesseurs, jouent souvent à saute-mouton. Et le parti de Conner Rousseau aura bien besoin de chaque voix en 2024 pour séduire la N-VA. Car il est évident que les deux partis convoitent le même partenaire.

La N-VA souhaitera-t-elle partager la destinée d’un Vlaams Belang électoralement renforcé ? La question reste ouverte. Le parti de Bart De Wever a souvent flirté avec cette idée, mais jusqu’à présent, il n’a jamais vraiment ouvert la porte à une coalition avec l’extrême droite.

La percée du Vlaams Belang ne tombe pas du ciel

Certains jugent que la joute verbale entre Rousseau et Van Grieken constitue le coup d’envoi de la bataille de Sint-Niklaas, en vue du scrutin communal qui aura aussi lieu en 2024. Ce n’est pas impossible. Qui sera le plus grand ? À qui de jouer ? Qui sera le prochain bourgmestre de la capitale du Pays de Waes ?

Le premier 1er mai après la crise sanitaire a en tout cas eu le mérite d’attiser l’attention médiatique et de galvaniser les militants. On pourrait appeler cela « faire un Molenbeek », en référence à l’interview de Conner Rousseau la semaine passée dans le magazine Humo.

Partager :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée