Daar Daar logo

5 juillet 2018

Entre le néerlandais et le français, comment diable font les joueurs belges pour communiquer?

Joyce Azar
Auteur

La communication est un aspect essentiel au sein d’une équipe de foot. Le sélectionneur donne des instructions, alors que sur le terrain, les joueurs se parlent pour affiner leur stratégie. Mais comment cela se passe-t-il au sein de l’équipe multilingue de Belgique? La BBC y a consacré un article.

Ni le français, ni le néerlandais… D’après les sources du service public britannique, et à la grande surprise de la presse anglaise lors de la dernière rencontre Angleterre-Belgique, c’est l’anglais qui l’emporte dans les vestiaires des Diables Rouges, ainsi que sur le terrain, l’objectif étant de ne pas favoriser l’une des deux grandes langues nationales.

Dans son article, la BBC cite à titre d’exemple deux joueurs primordiaux pour les Diables: le Gantois Kevin De Bruyne (Manchester City), et le Wallon Eden Hazard (Chelsea). Elle évoque aussi la richesse engendrée par la diversité culturelle de l’équipe. Romelu Lukaku parle ainsi couramment sept langues, alors que Vincent Kompany en maîtrise cinq. 

Force est de constater aussi que certains joueurs francophones ne parlent pas le néerlandais, et parfois mal l’anglais. Marouane Fellaini (Manchester United) avait ainsi été qualifié par un commentateur de ITV de « pire anglophone jamais rencontré ». 

Malgré tout, l’anglais demeure la langue la plus utilisée au sein de l’équipe, d’autant que plus de la moitié des joueurs évolue dans le championnat anglais, et que le sélectionneur Roberto Martinez ne parle pas couramment les langues du pays.

Dans la pratique toutefois, lors des périodes de repos, on peut bien s’imaginer Dries Mertens parler néerlandais avec Jan Verthongen, alors qu’Axel Witsel discute sans doute en français avec Thomas Meunier. Jongler avec les langues doit très certainement être un exercice courant au sein de l’équipe des Diables rouges. 

Notons enfin que la BBC compare la situation de l’équipe belge à celle de la Suisse, soulignant toutefois une différence importante dans la notion de nation, une notion qui, contrairement au pays helvète, n’est pas soutenue par l’ensemble de la population belge. 

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée