Daar Daar logo

2015, année royale

(cc) wikipedia

4 janvier 2016

2015, année royale

Temps de lecture: 2 minutes
Joyce Azar
Auteur

Durant la période des fêtes de fin d’année, DaarDaar vous propose chaque jour une rétrospective sur un thème qui a marqué 2015, une sélection qui provient des nombreux articles que nous avons pris soin de traduire pour vous tout au long de l’année. Au programme de cette dernière rubrique: la gesticulante allocution royale du 21 juillet, le débat sur la dotation du prince Laurent, ou encore la visite hors norme des souverains en Chine. 

Les mains baladeuses du roi Philippe

Dans son allocution du 21 juillet, le roi Philippe avait choisi de ne pas rester assis de façon statique derrière son bureau, mais de s’adresser debout à la nation. Le problème, c’est que notre souverain n’est pas nécessairement un monstre de décontraction. Résultat : une posture crispée et des mains encombrantes, qui n’ont pas manqué d’amuser les internautes. Le tout a été minutieusement analysé par Nathalie De Bisschop, du Newsmonkey.

Le CD&V se range derrière le prince Laurent

Durant le mois de novembre, le prince Laurent attire une nouvelle fois toute l’attention médiatique à la suite des notes de frais qu’il a remises à l’État pour justifier ses 220 000 € de dépenses professionnelles. On y retrouve notamment un voyage au ski, les frais de scolarisation de ses enfants dans une école privée et même des tickets de caisse de Colruyt. Bref, de quoi défrayer la chronique. Pourtant, le CD&V décide d’intervenir et de prendre la défense de l’« enfant terrible » de la famille royale.

Une visite d’Etat d’un genre nouveau

En juin 2015, le roi Philippe et la reine Mathilde se rendent en Chine dans le cadre d’une visite officielle. Dix ans auparavant, le roi Albert II et son épouse avaient effectué le même voyage, un voyage qui avait toutefois davantage l’allure d’un périple touristique. Cette fois, la visite a tout d’une mission économique, à laquelle la spécialiste de l’Asie Veerle de Vos a pu participer pour la VRT.

Léopold II toujours présent dans nos rues

Au début de l’été, le rédacteur en chef du Doorbraak, un pure player connu pour ses positions proches du mouvement flamingant, pointe du doigt l’omniprésence du roi Léopold II à travers le paysLe souverain est en effet connu pour son rôle dans la colonisation du Congo, et les violences perpétrées à l’encontre de la population indigène. Pieter Bauwens se demande ainsi pourquoi tant de rues et de statues sont encore dédiées en Belgique à celui que d’aucuns surnomment le « coupeur de mains ».

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée