Daar Daar logo

5 novembre 2015

Le CD&V se range derrière le prince Laurent

Temps de lecture: 3 minutes

Le prince Laurent n’est pas seul au monde, il a encore des amis. Et plus précisément le député fédéral Roel Deseyn (CD&V), qui « ne voit pas ce que la société a à gagner » d’un nouveau débat sur la dotation du prince. « Il ne serait pas correct de le priver du jour au lendemain de tout ce qu’il a alors qu’il n’a jamais rien connu d’autre. »

Événement insolite : le CD&V a pris la défense du prince Laurent. Roel Deseyn, député fédéral de Flandre occidentale, est monté sur les barricades pour défendre la cause de son Altesse. L’enfant terrible de la famille royale s’est à nouveau illustré récemment pour la nature interpellante des notes de frais qu’il a remises à l’État pour justifier ses 220 000 € de dépenses professionnelles. Voyage au ski, frais de scolarisation de ses enfants dans une école privée et même… des tickets de caisse de Colruyt ! Une publicité princière bienvenue pour cette chaîne de magasins, mais pas nécessairement le type de frais professionnels que le contribuable souhaite et doit financer, a estimé la Cour des comptes.

Mais le CD&V a jugé bon d’intervenir : « nous devons naturellement évaluer le rapport de la Cour des comptes, mais il ne serait pas correct de priver le prince Laurent du jour au lendemain de tout ce qu’il a alors qu’il n’a jamais rien connu d’autre que la dotation. » Dans le quotidien De Standaard, Deseyn a laissé entendre qu’il ne souhaitait pas toucher à l’argent alloué au prince, faisant allusion à la proposition de loi que prépare la N-VA : réduire les allocations du prince au cours des cinq prochaines années, jusqu’à leur disparition complète.

« Ce n’est pas ce qui a été convenu », a réagi Deseyn, en précisant que le CD&V ne soutiendra pas le parti indépendantiste sur ce point. Les chrétiens-démocrates flamands souhaitent donc clore le débat sur la dotation des enfants royaux : « le gouvernement précédent a réalisé un excellent travail sur ce dossier, relancer le débat ne présente aucune valeur ajoutée pour la société. »

CD&V : « Comme le communautaire est au frigo pour cinq ans, la N-VA ressort le vieux dossier du prince Laurent. »

Deseyn se montre très critique à l’égard de son partenaire de coalition : « comme le communautaire est au frigo pour cinq ans, la N-VA ressort le vieux dossier du prince Laurent. » Machination caractérisée donc, au détriment du « pauvre » prince. Laurent de Belgique est enlisé depuis des années dans cette question de dotation. Des problèmes d’argent qui lui ont valu, ainsi d’ailleurs qu’à toute la famille royale, pas mal de déboires. Il fût notamment impliqué dans une affaire de construction financière frauduleuse associée à la Marine belge, la branche de l’armée où il a servi. Le procès révélera que de l’argent public avait été détourné et utilisé par l’entourage du prince à des fins privées.

Parmi les autres polémiques particulièrement embarrassantes, citons ses relations avec une poignée d’hommes d’affaires douteux en Afrique. Et dernièrement, tout un cluster de sociétés lui appartenant avait été menacé de faillite. Une expertise comptable mettra en lumière que le prince avait pris un risque immobilier mal calculé et qu’il n’avait ensuite pas pu compter sur le soutien du riche réseau familial.

Le gouvernement projetait cette année de réduire de 2 % la dotation des Saxe-Cobourg, mais la proposition n’aboutira finalement pas. Il n’en reste toutefois que la facture du Colruyt et le voyage aux sports d’hiver du prince Laurent auront certainement une suite. Car personne, même pas l’opposition, n’est d’avis qu’il faut fermer les yeux : son Altesse royale devra plus que probablement rembourser à l’État les « frais professionnels » engagés.

Article original de Wouter Verschelden pour Newsmonkey

Traduit du néerlandais par Guillaume Deneufbourg

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée