DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Quelque chose ne tourne pas rond dans le gouvernement de Jan Jambon
18·01·22

Quelque chose ne tourne pas rond dans le gouvernement de Jan Jambon

Temps de lecture : 3 minutes Crédit photo :

Pixabay

Alors que Hilde Crevits (CD&V), d’ordinaire si prudente, affirme ouvertement que le gouvernement ne tourne pas rond, tous les regards sont braqués sur Jan Jambon (N-VA), dans l’espoir d’un nouveau départ. Le ministre-président flamand veut progresser sur la problématique de l’azote d’ici les vacances de Carnaval et ensuite, si les circonstances le permettent, dans le dossier tout aussi crucial du bouwshift (la transition progressive du secteur de la construction, ndlr).

« Lorsque la confiance initiale a disparu, ou qu’elle est gravement entamée, il est difficile de collaborer. » Dans une interview accordée à Het Nieuwsblad, Hilde Crevits, chef de file CD&V au gouvernement flamand, n’y va pas par quatre chemins : le gouvernement flamand ne tourne pas rond. Elle va ainsi dans le même sens que son collègue Bart Somers (Open VLD), qui s’était confié à De Standaard durant les vacances de Noël : « Si l’on continue de la sorte, le gouvernement Jambon 1er sera un échec. »

Jan Jambon est apparemment le seul membre de la N-VA qui se soucie encore du sort du gouvernement flamand

Jan Jambon reçoit ainsi deux coups de coude de la part de deux partenaires de coalition. Si le gouvernement naviguait déjà en eaux troubles, il a désormais touché le fond. Depuis quelques mois, les chamailleries se succèdent. Pas plus tard que la semaine dernière, le ministre flamand du Logement, Mattias Diependale (N-VA) a mis la pression sur un partenaire de coalition CD&V en demandant instamment que les 5 millions d’euros prévus pour des logements sociaux soient alloués au secteur privé.

Analyse : de « Sterke Jan » à « Jambon le Yo-yo »

Dans les couloirs de l’hémicycle, le bruit court que la période allant jusqu’à Carnaval s’annonce cruciale. D’ici là, une solution doit voir le jour dans le dossier le plus épineux, celui des émissions d’azote. Et les ministres Zuhal Demir (N-VA) et Hilde Crevits ont des avis diamétralement opposés sur la question : l’Open VLD souhaite inclure le bouwshift dans l’accord et exige une compensation pour les propriétaires fonciers lésés.

Un outil d’opposition

Après une vaine tentative de passer outre les différends, Jan Jambon a finalement pris le dossier en main. À travers un accord d’ici Carnaval, il entend non seulement prendre la problématique de l’azote à bras le corps, mais souhaite également insuffler une nouvelle dynamique au sein de son gouvernement. Non pas en organisant une fête autour d’un feu de camp, mais en rétablissant la confiance grâce à des résultats probants

Si le CD&V et l’Open VLD semblent croire au projet de Jan Jambon, son propre parti se montre quant à lui plus méfiant. « Jan Jambon est apparemment le seul membre de la N-VA qui se soucie encore du sort du gouvernement flamand », glisse une source anonyme. Dans les rangs de la N-VA, une frange croissante considère le gouvernement comme un simple outil d’opposition au gouvernement fédéral.

Les coups de coude assénés par Bart Somers et Hilde Crevits s’adressent dès lors tout autant à leur ministre-président qu’à ses camarades de parti. Et à ce titre, Zuhal Demir tient le statut de tête de Turc. L’Open VLD et le CD&V lui reprochent de vouloir jouer à la plus maligne en faisant cavalier seul. Samedi dernier, Hilde Crevits a évoqué le sujet : « Pour pouvoir boucler des accords, il faut que les deux parties soient de bonne volonté ». Avant qu’Egbert Lachaert n’en rajoute une couche sur le plateau de l’émission De Zondag : « Sa mission ne consiste pas à attaquer le gouvernement fédéral à tout-va ».

Laconique, Zuhal Demir a réagi sur Twitter : « Ce week-end, on a touché la corde sensible. Peut-être veut-on me la passer au cou ? Quoi qu’il en soit, je poursuis mon travail. »

 

Partager :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée