DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Comment Metejoor est-il devenu l’étoile montante de la chanson flamande?
04·05·22

Comment Metejoor est-il devenu l’étoile montante de la chanson flamande?

Temps de lecture : 3 minutes Crédit photo :

BELGA (JAMES ARTHUR GEKIERE)

Tantôt sur le fauteuil rouge de ‘The voice kids’, tantôt sur le tapis rouge du Palais 12. Metejoor est désormais partout. Derrière l’artiste se cache une histoire de longue haleine qui a fini par atteindre les sommets, avec trois récompenses raflées lors des Music Industry Awards. En chemin, le professeur n’a pas marché seul. Ses fans, sa sœur, son amoureuse et un mentor en or l’ont accompagné vers le succès.

Stromae, Bart Peeters, et même la petite pépite Camille Dhont : le week-end dernier, Joris Van Rossem leur a grillé la politesse. Avec trois MIA en poche – dans les catégories « homme solo », « artiste néerlandophone » et « révélation » – il s’est surpris lui-même. Son regard en disait long, surtout après la remise du prix de meilleur artiste. « Totalement invraisemblable », a-t-il lâché au lendemain du triomphe. « Et également exagéré, lorsque l’on voit les icônes qui se trouvaient à mes côtés. J’ai encore du mal à réaliser. »

Avant la cérémonie, rien ne laissait présager de tels honneurs. Son manager et mentor, Hans Francken, qui n’a pas quitté son poulain d’une semelle de toute la soirée, n’en revient pas non plus. « Nous avions établi un schéma de carrière pour les cinq années à venir. L’idée était que Joris puisse s’en sortir après trois ans, et que sa situation soit financièrement viable après cinq ans. Mais nous ne nous attendions pas au succès qui nous tombe dessus maintenant. »

Chanter les yeux fermés

Leur collaboration est née il y a cinq ans. Hans Francken se souvient encore du jour exact : le 5 mai 2017. Un an plus tôt, Metejoor fait ses débuts dans le milieu. Par l’intermédiaire de sa petite sœur Lisa, qui a atteint le stade des directs à l’émission The Voice van Vlaanderen en 2016, il entre en contact avec l’agent, alors chef d’orchestre du programme et claviériste de Clouseau. Metejoor lui tape dans l’œil.

« Parce qu’il chante bien, et qu’il est troublant. Encore fallait-il trouver le bon répertoire. Le succès d’un artiste dépend de ce qu’il chante. »

Et si on écoutait un peu de musique flamande ?

Son premier single, Ik hou van jou, lui vaut immédiatement une nomination dans la catégorie « Révélation de l’année » au Radio 2 Summer Hit. Il assure la première partie des concerts de Clouseau et de Niels Destadsbader. Reste que sa carrière peine à décoller. Son manque de confiance en lui joue des tours.

« Le temps où Joris vomissait sur le bord de la route est heureusement derrière lui », se réjouit Hans Francken. « Tout comme les moments où il chantait les yeux fermés, de peur d’oublier son texte. Maintenant, il est plus sûr de lui. Même si l’incrédulité se lisait encore sur son visage aux MIA. Joris doit comprendre qu’il joue désormais dans la cour des grands. »

Soutien de sa petite amie

Pas une mince affaire pour quelqu’un qui a dû prendre son courage à deux mains pour franchir le pas de la scène, comme ses parents et sa sœur. Lorsqu’il était professeur de sport et éducateur, Metejoor couvait secrètement ses projets. « Quand j’étais surveillant pendant les heures de retenue, j’écrivais des chansons », se remémore-t-il. Mais ce n’est que lorsqu’il a rencontré Britt, qui est devenue sa petite amie, qu’il a trouvé le soutien qu’il recherchait. « Elle maintient notre vie trépidante sur les bons rails », a-t-il déclaré sur le podium des MIA.

Sa sœur Lisa, qui est devenue sa choriste, l’a également aidé. « Sans elle, je ne serais pas là », reconnaît-il. Il a fallu de la patience et énormément de persévérance mais, contre tout pronostic, Metejoor a atteint le sommet des charts pour la première fois.

« Ce fut un grand succès, mais avec le recul, ce n’était qu’un avant-goût de ce qui nous arrive maintenant », nuance son agent. Après le carton de Rendez-vous, le manager a quitté Clouseau après 22 années de collaboration, afin de se concentrer sur son élève. « Joris a encore de longues années devant lui. C’est ce qui m’emballe vraiment. »

Un single avec Snelle

Metejoor, quant à lui, a quitté son emploi l’été dernier, afin de se consacrer pleinement à la musique. Ses apparitions à la télévision se succèdent : de Dancing with the Stars à Een echte job en passant par The Voice kids, où il fait partie du jury. « Là, j’ai réalisé que ma musique touchait les gens », dit-il.

C’est peu de le dire. Pas moins de 15 000 personnes ont acheté des billets pour la tournée en cours de l’artiste et cet été, il sera à l’affiche de la Night of the Proms et du nouveau festival Live Is Live. Ce n’est qu’une question de temps avant que le célèbre programme Liefde voor Muziek ne vienne frapper à sa porte.

Pas de chansons néerlandophones sur les radios francophones: la faute aux Flamands?

« Le succès vous change toujours un homme, et Joris ne déroge pas à la règle », affirme son manager. « Mais chez lui, je remarque surtout davantage de professionnalisme. Il ressent toujours de la gratitude. Va-t-on également remporter le titre de Tube de l’été ? Un single enregistré avec le rappeur Snelle sortira fin mai. Mais nous ne courons jamais derrière les récompenses. Et puis, la concurrence est rude. »

Pour rappel, elle l’était également au Music Industry Awards.

Partager :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée