Pas de chansons néerlandophones sur les radios francophones: la faute aux Flamands?

16 avril 2018 | Auteur : | Traducteur : Herve Voglaire Sanchez | Temps de lecture : 1 minute

Traducteur de profession, Herman Boel est l’auteur de divers ouvrages de non-fiction publiés en Flandre aux éditions Lannoo. Sur son blog De Taalfluisteraar, il nous « chuchote » quelques réflexions linguistiques et nous parle de son intérêt et de sa fascination pour les langues au sens large. L’an dernier, il s’indignait de l’absence de musique néerlandophone sur les ondes radiophoniques francophones du pays. DaarDaar avait alors relayé son article. Un an plus tard, Herman se demande si les choses ont changé. Et en arrive à un étrange constat… 

Vous vous souvenez à coup sûr de mon enquête de l’an dernier et de sa suite récente, d’où il ressort que les radiodiffuseurs francophones n’insèrent pas le moindre morceau en néerlandais dans leur programmation.

Dans le cadre de cette enquête, je me suis suis exclusivement tourné vers les stations « importantes », à savoir celles qui jouissent de plusieurs fréquences à Bruxelles et en Wallonie. Or il en existe évidemment d’autres. Dont Radio RCF, petite sœur de RCF France qui dispose de quatre fréquences sur les ondes belges (à Bruxelles, Liège, Namur et Bastogne).

Il se trouve que cette station s’intéresse bel et bien à la musique néerlandophone, sous l’impulsion d’Eric Cooper, journaliste et programmateur.

À l’antenne de ses émissions, il a déjà tendu le micro à divers artistes flamands, tels que Florian De Schepper, Motivo Loco et Frimout, et joué leur musique.

Au moment de construire sa grille de programme, en revanche, il éprouve des difficultés de taille. En effet, lorsqu’il contacte des artistes ou des producteurs flamands, il ne reçoit aucune réponse dans 99% des cas.

Quand il s’adresse à ses confrères journalistes et programmateurs (de Radio 2, notamment) et aux écoles de communication (comme la Artevelde Hogeschool à Gand) en proposant de mettre sur pied une émission radio autour de la musique néerlandophone, il n’obtient pas non plus de réponses concrètes et probantes.

Face à un tel constat, il n’est pas étonnant de voir certains programmateurs tout bonnement jeter l’éponge. Et lorsque je reproche par exemple aux francophones de souffrir d’une allergie, voire d’une aversion envers la musique néerlandophone, mon attaque est bien entendu quelque peu gratuite.

En bref, j’invite les responsables stations de radios flamandes (je pense à Radio 2 et VBRO), mais également les artistes et les groupes à tendre la main à leurs homologues francophones. De ces liens pourront naître des programmes radiophoniques intéressants et enrichissants.

Si des groupes, artistes ou programmateurs se sentent l’envie de soutenir Eric dans sa démarche de promotion de la musique néerlandophone à Bruxelles et en Wallonie, qu’ils me fassent signe. Je veillerai à transmettre le message. Action !

Comme vous le savez, DaarDaar est constamment à la recherche de subsides et d'investisseurs. N'hésitez pas à nous soutenir via virement à DAARDAAR ASBL BE13 1430 9380 2539 ou via Paypal

Mots clés : , , , ,

(cc) Pixabay

Blogs

Traducteur : Herve Voglaire Sanchez
Auteur :
Date de publication : 10/04/2018
Article original : Lire l'article