DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Prestation de Stromae : un coup de pub déplacé ?
12·01·22

Prestation de Stromae : un coup de pub déplacé ?

Temps de lecture : 3 minutes Crédit photo :

(cc) Pixabay

Auteur
Guilhem Lejeune
Traducteur Guilhem Lejeune

Si Stromae nous a surpris, au journal de TF1, en entonnant son dernier single en guise de réponse à la dernière question de l’entretien, il faut dire que c’était la surprise la mieux préparée de tous les temps. Elle a sans doute fait l’objet de concertations approfondies avec la rédaction et la présentatrice, ainsi que de plusieurs répétitions. Ou alors, cette performance a été enregistrée. Car à peine la journaliste avait-elle terminé sa question que la musique s’est mise à résonner. Stromae s’est alors tourné vers la caméra et a commencé à chanter face au peuple, brisant le quatrième mur. Un détournement du JT mené d’une main de maître.

Juste avant, le chanteur a eu l’occasion de se livrer, au cours d’un entretien aussi prolixe que captivant, sur les raisons de son absence, due notamment à un burn-out et à une dépression. Des propos non dénués de valeur, y compris au regard de l’actualité. Son happening, en revanche, tout inédit qu’il soit, n’en est pas moins téléphoné. À la fin du morceau, le chanteur, visiblement ému, en rajoute en se passant la main sur le visage, renforçant encore l’effet de sa prestation. Du beau travail, extrêmement professionnel.

« Merci, Stromae, pour ce si beau cadeau », parvient tout juste à conclure la présentatrice, sous le coup de l’émotion. Stromae la remercie à son tour. Une demi-heure après sa diffusion, la vidéo totalisait déjà 500 000 vues sur YouTube. Mais sans vouloir remettre en cause la nécessité de son témoignage, qui interpelle et concerne nombre d’entre nous, on peut se demander si ce genre de coup de pub a sa place dans une émission d’information.

Une pratique de longue date

Il marque en tout cas l’aboutissement provisoire d’une évolution débutée à la fin des années 80 avec les programmes de la VRT consacrées aux élections. À l’époque déjà, on avait voulu joindre l’utile à l’agréable en mêlant information et chanson. C’est ainsi que dans les interminables émissions de TV Twee, où les résultats électoraux étaient déroulés d’une voix monotone, de vieux briscards du métier, tels que Dirk Sterckx et Etienne Van den Bergh, annonçaient les morceaux de musique utilisés pour offrir un moment de répit à des téléspectateurs lessivés.

Après l’interview sans pitié des perdants, assurée par Gui Polspoel, Dirk Sterckx enchaînait, sur un ton parfaitement détendu, mais professionnel : « On reste en Flandre occidentale avec un groupe de — un instant, je dois consulter mes notes — de levenslied et de smartlap [dans le monde néerlandophone, un genre de variété à tendance mélo, NdT]. Un groupe au nom prometteur, puisqu’ils s’appellent Bloedend Hart [littéralement « cœur qui saigne », NdT] ».

Lion d’or de la créativité

De nos jours aussi, la télévision se sert de la chanson. Dans De Zevende dag, par exemple, l’émission dominicale de la VRT consacrée à l’actualité et à la politique, les prises de bec et les monologues bien rodés des intervenants sont toujours agrémentés d’un interlude musical. Par le passé, le public, abreuvé à partir de 9 h du matin de la bière trappiste qui sponsorisait l’émission, n’hésitait pas, lui aussi, à pousser la chansonnette en chœur. Une pratique qui a, depuis, été interdite par le nouveau conseil d’administration.

Quant à Stromae, c’est à travers une prestation en solo qu’il prouve que les programmes d’information risquent de devenir un spectacle à part entière si l’on autorise les invités, aussi brillants soient-ils, à en prendre le contrôle. Nul doute que son numéro lui vaudra un Lion d’Or au festival international de la créativité, qui récompense chaque année, à Cannes, les meilleures performances du monde de la publicité.

 

Partager :
Mots clés :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée