Les pure players flamands veulent plus de reconnaissance

6 novembre 2015 | Auteur : | Temps de lecture : 3 minutes

Une série de médias en ligne flamands veut que la radio-télévision publique flamande VRT accorde davantage d’intérêt aux informations publiées sur Internet, au lieu de se focaliser uniquement sur la presse écrite.

Media21 est une plateforme de médias numériques et indépendants. Bon nombre de ses membres sont partenaires de DaarDaar : MO*, Newsmonkey.be, DeWerldMorgen.be et Doorbraak.be. D’autres sites d’informations en font également partie : Express.be, Apache.be, rekto:verso.be, Zeronaut.be et StampMedia.be.

Tous les matins, de six à neuf heures, les auditeurs de l’émission « De Ochtend » sur les ondes de Radio 1 (VRT) écoutent une sélection variée de l’actualité : débats avec des personnalités politiques ou des acteurs de la société civile, récits d’histoires oubliées, etc. Comme dans l’émission « Matin première » de la RTBF, De Ochtend propose également une revue de presse. Dans une lettre ouverte adressée à Radio1, Gie Goris, rédacteur en chef du MO* et président de Media21, appelle ses confrères à ne plus seulement se limiter aux journaux de presse écrite et à élargir leurs références à des interviews marquantes, des dossiers spéciaux et des révélations venant d’un paysage flamand plus large. «Chers collègues de la radio: nous sommes en 2015, les infos sont surtout une affaire de médias en ligne», titre-t-il dans ce papier publié par les différents sites membres de la plateforme.

Paysage médiatique uniformisé

« En 1990, le paysage médiatique flamand était encore relativement varié, avec treize éditeurs différents, dont six qui se partageaient le marché du journal quotidien. Des fusions avaient déjà eu lieu à l’époque et certains titres en avaient fait les frais, mais différents acteurs opéraient encore de manière relativement autonome »  indique Maarten Corten, collaborateur didactique à « l’Institute for Media Studies » de la KU Leuven.

Vingt-cinq ans plus tard,  Maarten Corten constate que Mediahuis et Persgroep sont actifs dans tous les médias et détiennent à eux deux ce que l’on pourrait être tenté de qualifier de quasi monopole. « Si l’on analyse le marché des journaux quotidiens, le « quasi » n’est même plus de mise », ajoute-t-il.

« Pure player », de quoi s’agit-il ?

Media 21 est constitué de médias « pure players », une expression désignant les entreprises œuvrant uniquement sur Internet, dont DaarDaar fait également partie. Certains journalistes de ces médias ont participé à des enquêtes exclusives, à l’instar de Kristof Clerix du MO* qui a contribué au dossier Luxleaks.

Au niveau de la politique belge et flamande, Newsmonkey et la VRT ont par exemple organisé l’émission « Het Kibbelkabinet » entre mai et juillet 2015.

Quèsaco? Kibbelen = se chamailler / L’expression Kibbelkabinet (« le gouvernement qui se chamaille ») a fait son apparition dans les médias flamands depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement Michel. Les partenaires flamands de la coalition ne cessent de se prendre le bec sur le moindre dossier, d’où le nom de cette émission

maxresdefault

Les journalistes du Kibbelkabinet

Plus de pluralisme

Le ministre flamand des médias, Sven Gatz (Open Vld), a écrit dans sa note d’orientation que la chaîne publique flamande avait la tâche de « soutenir et de renforcer le pluralisme et la diversité du secteur médiatique dans son ensemble. Sur un marché médiatique aussi exigu que la Flandre, la chaîne publique doit servir de levier à la réalisation d’objectifs culturels et économiques déterminés. La VRT doit, plus que jamais, jouer un rôle actif et constructif dans la consolidation de l’écosystème médiatique flamand. » Si le président de Media21 partage les propos du ministre, il veut aller plus loin : « Pouvons-nous lancer une proposition constructive afin de mener à bien cette mission de manière très simple ? Transformez la revue de presse écrite en une revue de toute l’actualité » propose Gie Goris.

Le gouvernement flamand octroie chaque année 400 millions d’euros à la presse écrite, peut-on lire sur le site de media21. Cette plateforme regrette que seulement 300 000 euros soient investis dans le journalisme d’investigation, et ce dans tous les médias (y compris numérique et audiovisuel).

« Nous sommes en 2015, la légitimité d’un scoop, d’une interview ou d’un article long format ne réside plus dans le média, mais dans l’information présentée. Pour vous en persuader, demandez aux adolescents ce qu’ils en pensent », écrit Gie Goris. Selon les membres de la plateforme, il est également étrange et inacceptable qu’on maintienne des reliques du passé et qu’on ne semble pas disposé à présenter ce qui se passe dans les autres médias. « Ce ne serait quand même pas parce que les patrons de Mediahuis et Persgroep font pression sur le ministre ou les directeurs de la VRT, si ? ».

Aubry Touriel

Lettre ouverte de Media21 à Radio1

Mots clés : ,

DaarDaar

DaarDaar c'est le meilleur de la presse flamande en français. Nous rassemblons pour vous, chaque jour, les meilleurs articles et éditos de la presse flamande, accessibles en quelques clics.

Auteur :