DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Guerre en Ukraine : le Premier ministre se répand en promesses, l’armée n’a qu’à se débrouiller
01·03·22

Guerre en Ukraine : le Premier ministre se répand en promesses, l’armée n’a qu’à se débrouiller

Temps de lecture : 2 minutes Crédit photo :

Pixabay (Freedommail / 35 images)

Auteur⸱e
Guilhem Lejeune
Traducteur Guilhem Lejeune

Le Premier ministre, Alexander De Croo, a accédé sans réserve à la demande de l’OTAN visant à renforcer le flanc oriental de l’Alliance. Seulement voilà : l’armée a toutes les peines du monde à déployer sa force de réaction rapide en Roumanie dans les temps et avec un armement adéquat.

« L’attitude du gouvernement est irresponsable et met nos soldats en danger »

À la demande de l’OTAN, la Belgique va envoyer trois cents militaires en Roumanie, un pays membre de l’Organisation et limitrophe de l’Ukraine. Il s’agit de 160 soldats prêts au combat issus du 1/3 Bataillon de Lanciers, caserné à Marche-en-Famenne, ainsi que de troupes logistiques.

L’armée manque de tout

Selon différentes sources bien informées au sein du ministère de la Défense, l’opération s’avère très difficile à mettre en œuvre. « Ces vingt dernières années, la Défense a été laminée à force d’économies. Il n’y a pas, en ce moment, suffisamment de blindés pour équiper la compagnie. Par exemple, vingt chars Piranha, dotés ou non d’un canon, sont censés accompagner les trois cents soldats. Or, la compagnie ne dispose pas d’un tel nombre de chars. De très nombreux véhicules de Marche-en-Famenne sont en panne et il n’y a pas assez de techniciens pour les rafistoler. Il faudra donc aller chercher des blindés dans d’autres unités, qui elles-mêmes n’en ont pas à foison. C’est très compliqué. »

Menace russe en Ukraine: les troupes belges sont prêtes… Vraiment?

Deuxième problème : le Premier ministre, Alexander De Croo (Open Vld) a promis 200 lance-roquettes à l’Ukraine. Or, ces lance-roquettes devaient équiper la compagnie en question, si bien que le ministère de la Défense s’arrache désormais les cheveux pour en trouver d’autres qui serviront à armer ses propres troupes afin de respecter les normes de l’OTAN.

Troisième problème : le Premier ministre a promis trois millions de litres de mazout à l’Ukraine — à charge pour l’armée d’en assurer l’acheminement. « Mais nous n’avons pas assez de citernes pour les livrer. Chaque camion peut transporter 10 000 litres. Avec les moyens actuels, ça fait 300 trajets. Ça va prendre des mois. »

Des stocks historiquement bas

Ces difficultés sont confirmées dans les hautes sphères de la Défense, où l’on reproche à De Croo une certaine tendance à se présenter à ses partenaires étrangers sous un jour qui ne correspond pas à la réalité. Même son de cloche du côté d’Yves Huwart, du syndicat militaire ACMP-CGPM. « Nos hommes sont envoyés en Roumanie avec des équipements insuffisants. L’attitude du gouvernement est irresponsable et met nos soldats en danger, car ils manquent de moyens. Comment diable se peut-il qu’au moment même où nos stocks sont à un niveau historiquement bas, le Premier ministre fasse don des armes dont ont besoin les soldats que nous allons déployer ? Visiblement, la logique politique est très différente de la logique militaire. »

Le cabinet d’Alexander De Croo s’étonne que les critiques émanant des milieux de la défense soient principalement dirigées contre le Premier ministre. « Ce ne sont pas des cadeaux de la part d’Alexander De Croo. Tout cela a été discuté en concertation avec le Conseil des ministres restreint et le ministre de la Défense », précise un porte-parole. Pour plus de commentaires, nous sommes priés de nous adresser au ministre de la Défense. Son cabinet n’a pas souhaité réagir à titre officiel.

Et soudain, tout le monde apprécie nos militaires en rue…

Partager :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée