DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

La santé mentale au cœur de l’émission « De mol »: la société flamande est-elle compréhensive?
13·04·22

La santé mentale au cœur de l’émission « De mol »: la société flamande est-elle compréhensive?

De Mol, en français « la Taupe », est un jeu télévisé flamand de la maison de production Woestijnvis. Diffusée pour la première fois en 1998-1999 en Flandre, le concept a ensuite été vendu dans plus de 30 pays.

Un groupe de candidats (cinq hommes et cinq femmes) doivent réaliser des missions à l’étranger. Chaque mission leur permet de gagner de l’argent. Toutefois, un des participants est un saboteur, la « taupe ». La taupe va essayer de maintenir au plus bas le niveau d’argent dans la cagnotte des candidats en rendant difficile la réalisation des épreuves.

 

Temps de lecture : 2 minutes Crédit photo :

Photo by Nik Shuliahin on Unsplash

Anne Balbo
Traductrice Anne Balbo

Environ un million de Flamands ont vu Philippe Minguet jeter l’éponge en tant que taupe. L’homme ne parvenait plus à donner le change mentalement. Si cela n’a jamais été l’intention du programme télévisé, ce dénouement pour le moins inattendu a fait du bien-être mental un sujet de conversation au sein de nombreux foyers de téléspectateurs.

« La santé est importante, qu’elle soit mentale ou physique », a rappelé le présentateur Gilles De Coster. En partie pour devancer les critiques. Mais aussi pour souligner un aspect encore souvent occulté. En effet, si un candidat se cassait une jambe dans le jeu, il semblerait tout à fait normal qu’il rentre chez lui. Le bien-être mental est moins tangible, mais pas moins réel pour autant.

Le sujet n’est plus tabou depuis un certain temps. Les mentalités évoluent lentement mais sûrement. Les Bekende Vlamingen, ou Flamands célèbres, parlent désormais librement de leur souffrance psychologique dans les médias. La crise du coronavirus a mis en lumière le mal-être qui frappe bon nombre de nos concitoyens. Et pourtant, les chiffres sont bien plus élevés qu’on pourrait le penser.

Le chant et ses bienfaits par temps de Covid

À la fin de l’année 2020, 112 000 Belges étaient en maladie depuis plus d’un an en raison de problèmes de santé mentale. Et encore, ceux pour qui l’écartement a été de plus courte durée ne sont pas repris dans ces statistiques. Les téléspectateurs flamands ont été mis devant le fait accompli dimanche soir.

Ce rebondissement aura un impact notable en termes de sensibilisation. Il ne s’agit que d’un jeu télévisé, c’est vrai. Et la solution est beaucoup moins radicale que dans la « vie réelle » : une accolade collective et l’avion en direction de la Belgique pour se reposer.

« Trop souvent, les salariés, et encore plus les indépendants, préfèrent faire l’autruche que de tirer la sonnette d’alarme. »

Reste à savoir si la société est aussi compréhensive que les réalisateurs de La Taupe. Les managers et les cadres n’identifient pas toujours le mal-être de leur personnel. Ou ils laissent traîner les choses trop longtemps. Trop souvent, les salariés, et encore plus les indépendants, préfèrent faire l’autruche que de tirer la sonnette d’alarme. Pour des considérations financières, par sens du devoir, peu importe la raison. Ils continuent jusqu’à l’épuisement.

Les consultations chez un psychologue ne font toujours pas l’objet d’un véritable remboursement. Le gouvernement fédéral a mis en place un projet pilote et communique avec force, mais les résultats se font encore attendre. Pouvoir visualiser le problème sans complexe est déjà une avancée notable. Mais il faut aller encore plus loin.

L’agression de Kevin, atteint d’un handicap mental, provoque un élan de solidarité en Flandre

Partager :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée