DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Fermeture des commerces : Bpost échoue à son stress test

Photo by Dan Dennis on Unsplash

25·11·20

Fermeture des commerces : Bpost échoue à son stress test

Temps de lecture : 3 minutes
Auteur⸱e
Fabrice Claes
Traducteur⸱trice Fabrice Claes

L’augmentation inattendue du nombre de colis à traiter fait office, pour Bpost, de test grandeur nature. Un test malheureusement soldé par un échec pour l’entreprise publique.

Un échec pour l’entreprise publique

Étant donné la constante diminution des courriers postaux, la poste belge mise depuis quelque temps sur l’envoi de colis. Il s’agit, en effet, d’un marché dont les perspectives de croissance sont supérieures, notamment grâce à l’essor du commerce en ligne. Cependant, alors que le commerce en ligne connaît une croissance exponentielle en ces temps de crise sanitaire et de fermeture des commerces non essentiels, Bpost enchaîne les faux pas. L’entreprise, qui ne s’était pas préparée à un tel afflux de colis, éprouve bien des difficultés à gérer les envois, à telle enseigne qu’elle a décidé de ne plus livrer les colis à domicile et de les déposer à des points de collecte auxquels doivent se rendre les destinataires.

Le monde politique s’est aussi fait entendre

Cette idée a valu à Bpost une volée de bois vert de la part des consommateurs, qui ont acheté un produit en ligne et qui se voient condamnés à se déplacer pour l’obtenir, mais aussi de la part des entreprises qui comptaient sur les services de Bpost pour se faire livrer des biens commandés en ligne. Le monde politique, pour sa part, s’est aussi fait entendre, car Bpost est une société publique. La ministre des Entreprises publiques, Petra De Sutter (Groen) a d’ailleurs enjoint à Bpost de prendre toutes les mesures nécessaires afin que tous les colis soient livrés à domicile.

Réputation mise à mal

Pour une entreprise qui vise le leadership sur le marché de la livraison de colis, Bpost s’en sort plutôt mal ces derniers jours. Les commerçants en ligne qui ont choisi Bpost comme partenaire logistique vont-ils encore longtemps lui faire confiance ? La réputation commerciale de l’entreprise postale belge est mise à mal.

Bpost dit avoir été surpris par le soudain afflux de colis. Mais une entreprise doit pouvoir rebondir rapidement en cas d’imprévu, surtout quand ces imprévus offrent des chances aussi importantes. Malheureusement, comme Bpost est une entreprise publique, elle manque de flexibilité pour s’adapter sur le court terme.

Cependant, Bpost bénéficie de circonstances atténuantes. La décision du gouvernement, début novembre, de refermer les commerces non essentiels était pour le moins inattendue. Bpost, qui s’était préparé à une période de fin d’année plus chargée, a été pris de vitesse.

S’adapter rapidement, c’est plus facile à dire qu’à faire.

S’adapter rapidement, c’est plus facile à dire qu’à faire. C’est, en effet, toute une chaîne logistique qu’il faut transformer, du centre de tri à la flotte de camionnettes en passant par l’embauche de personnel supplémentaire. Et peut-on attendre, d’une entreprise, qu’elle s’engage à investir lourdement pour faire face à des circonstances aussi exceptionnelles ? Imaginons que le gouvernement décide, vendredi, de rouvrir les commerces non essentiels : à quoi bon avoir autant investi alors que le nombre de colis va dorénavant diminuer ?

Bpost n’est pas le seul cancre de la classe

Il faut savoir que les autres entreprises de livraison ont également eu du mal à gérer la situation, et que Bpost n’est pas le seul cancre de la classe. Il n’y a donc pas de quoi en faire tout un drame. Il y a des choses bien plus graves, en cette époque troublée, que de devoir attendre un colis ou de devoir se déplacer un peu pour aller le chercher.

Par contre, il y a une leçon à tirer de cette aventure : si la société Bpost a l’ambition de devenir le numéro un de la livraison de colis en Belgique, elle devra s’organiser afin de pouvoir s’adapter rapidement en cas de pics inattendus, sous peine de voir ses concurrents emprunter la voie qu’elle aura laissée libre.

Partager :
Mots clés :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée