Daar Daar logo

Manifestation contre le racisme à Gand CC2.0 Peter Vermaercke via Flickr

13 septembre 2018

Schild & Vrienden : Il serait utile d’écouter les étudiants de Gand

Traducteur Sebastien Cano

Le groupe Schild & Vrienden ne laisse pas de répit à l’actualité. Les révélations du reportage de l’émission Pano sont extrêmement choquantes, et ce, à la veille des élections. Ajoutons l’indignation d’un certain nombre d’étudiants gantois à l’annonce du successeur de Dries Van Langenhove au conseil d’administration de l’université : Louis De Stoop, l’homme qui a imité la pose d’Hitler devant la tour Eiffel. Ce genre de personne n’y a pas sa place, estiment différents étudiants. Sur le groupe privé de Schild & Vrienden, on a en effet pu voir non seulement l’expression sordide de propos racistes, sexistes et antisémites, mais aussi des appels à la discrimination et à la violence.

On comprend dès lors que les réactions soient vives. Par une hyperbole dont il est peu coutumier, Hendrik Vos compare Dries Van Langenhove au Premier ministre hongrois, Viktor Orbán (dans le Standaard du 11 septembre), se prononçant explicitement pour la suspension de l’étudiant en droit. Mais il se demande aussi si le recteur, Rik Van de Walle, a pris la bonne décision dans cette affaire. Presque tout de suite après la diffusion du reportage, Dries Van Langenhove a été suspendu et l’accès à l’université lui a été interdit. À croire qu’il a cédé à la panique, comme quelqu’un à qui on lancerait des braises et qui chercherait à les repousser le plus vite possible. Histoire de sauver l’image et la réputation de l’université. C’est tout à fait compréhensible, et nombre d’entre nous auraient probablement eu la même réaction à la place du recteur, mais dans de telles circonstances, est-ce réellement la réponse que doit apporter une université, compte tenu de sa mission et de sa responsabilité particulières ?

Ont-ils été dupés ?

Les étudiants gantois ont élu Dries Van Langenhove comme leur représentant. Sa candidature a recueilli plus de 2 700 voix, soit près d’un tiers des suffrages exprimés.

Différentes interprétations sont possibles. Espérons qu’Ico Maly se trompe lorsqu’il affirme que quiconque sait un tant soit peu manier les réseaux sociaux pouvait connaître la véritable nature de Schild & Vrienden. Car la plupart des étudiants en connaissent tous les rouages. Cela signifierait donc que ceux qui ont voté pour Dries Van Langenhove l’ont fait en connaissance de cause. Une hypothèse qui fait froid dans le dos. Supposons alors qu’Ico Maly exagère terriblement la mesure dans laquelle il était possible de connaître le vrai visage de ce mouvement. Ce ne serait pas la première fois qu’il s’emploie avec zèle à exploiter Schild & Vrienden sur le plan politique…

Il est plus probable que les étudiants qui se sont prononcés pour Van Langenhove aient été dupés. Car on a du mal à s’imaginer qu’ils ont voté pour les thèmes que Schild & Vrienden et Van Langenhove se sont plu à mettre en avant : défense de l’Europe chrétienne, lutte contre la décadence de l’Occident, éloge de la famille traditionnelle… Il me semble invraisemblable que les étudiants gantois aient été séduits par ces idées.

Pourquoi, alors, cet homme a-t-il recueilli tant de voix ? Lorsque les étudiants se rendent aux urnes, ce n’est pas seulement pour élire leurs représentants : c’est aussi un exercice de démocratie. Les étudiants devraient être des électeurs particulièrement bien informés. Ont-ils été dupés ? Comment est-ce arrivé ? Voilà quelques-unes des questions que le recteur aurait pu leur poser.

Dans une démocratie qui joue sur les passions, le sang-froid est de mise. Chacun doit apprendre à ne pas réagir sous le coup de l’émotion lorsqu’un abcès est crevé dans les médias. L’université n’est pas un lieu où pratiquer l’exorcisme dès qu’un démon se présente. Toute cette histoire au sujet de Schild & Vrienden me paraît constituer un motif suffisant pour organiser une vaste consultation des étudiants gantois suivie d’un débat : pourquoi tant d’étudiants ont-ils voté pour Van Langenhove ? Combien, parmi eux, lui accorderaient à nouveau leur vote ? Qu’est-ce qui les a induits en erreur ? Les modalités d’élection des représentants des étudiants doivent-elles être repensées ? Van Langenhove doit-il être exclu du conseil ? Cette suspension est-elle justifiée ? Louis de Stoop peut-il lui succéder ou est-ce totalement absurde de remplacer un membre de Schild & Vrienden par un enragé de la même engeance ? Il me semble que la voix des étudiants doit peser lourd. Après tout, il s’agit d’un de leurs représentants.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée