Daar Daar logo

15 mars 2016

Quand le régime de Poutine soutient l’extrême droite en Europe

Temps de lecture: 2 minutes

Il est tout de même phénoménal de voir comment le président russe Vladimir Poutine parvient à mettre le couteau sous la gorge de l’Europe.

À la suite de son intervention en Syrie, il a non seulement acquis un incroyable pouvoir au Moyen-Orient, mais également le contrôle sur le flux de migrants vers l’Europe. Quelques bombes russes de plus ou de moins… pour la Grèce, cela fait vite une différence de quelques milliers de réfugiés.

Ce que l’on sait moins c’est que la machine de propagande russe soutient un grand nombre de mouvements extrémistes et de partis politiques en Europe. Ainsi, de plus en plus d’indices montrent que le parti Alternative pour l’Allemagne reçoit une aide financière de Moscou. Les 24% obtenus par la formation de droite populiste dans le land de Saxe-Anhalt sont partiellement dus à l’appui de monsieur Poutine. De même, les liens privilégiés de la Russie avec le parti allemand d’extrême droite NPD, ainsi qu’avec le mouvement xénophobe Pegida, se précisent.

Mais les organisations politiques allemandes ne sont pas les seules à bénéficier du soutien de la Russie. Il a été prouvé que Marine Le Pen avait emprunté 9 millions d’euros à une banque de Poutine. Tout comme sont aussi incontestables les liens étroits avec le leader britannique d’Ukip Nigel Farage et les néonazis de l’Aube Dorée en Grèce. Les rumeurs de discrets transferts de fonds vers le parti néonazi hongrois Jobbik et le parti populaire antisémite Notre Slovaquie se font de plus en plus pressantes.

Et que penser de Filip Dewinter (Vlaams Belang), lui aussi fréquemment invité à Moscou, qui affirme dans ce journal : « J’admire la politique de Poutine. Aujourd’hui, les intérêts de l’Europe sont mieux servis par Moscou que par Washington. »

Est-il encore besoin d’ajouter que via ce réseau, Poutine est en mesure d’exercer son influence sur n’importe quelle question cruciale qui touche l’Europe ? Réfugiés, Brexit, élections en France, avenir politique de Merkel… Et ce n’est pas tout : en expédiant davantage de réfugiés vers l’Europe et en soutenant des forces xénophobes, il est à même de faire chauffer nos sociétés jusqu’à l’ébullition.

Et pourquoi Poutine met-il son nez partout ?

Parce qu’il est encore furieux de la révolution ukrainienne de février 2014. Il n’a pas accepté de perdre cette zone d’influence et ne l’acceptera jamais. Les sanctions commerciales imposées à Moscou par l’Occident suite à la guerre dans l’est de l’Ukraine ont remis de l’huile sur le feu.

Comment allons-nous un jour sortir de cette sphère d’influence géopolitique ? Aucun leader d’envergure ne peut actuellement donner une réponse satisfaisante.

En attendant, il est intéressant et utile de savoir quels pions bruns et brun foncé sont engagés dans la partie de politique européenne de Poutine. Ceux qui envisagent de voter extrême droite ou de participer à une marche de printemps avec Pegida savent au moins derrière quel drapeau ils se rangeront.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée