Daar Daar logo

Négociations : Bart De Wever plus fort que jamais

Photo by JESHOOTS.COM on Unsplash

14 août 2019

Négociations : Bart De Wever plus fort que jamais

Temps de lecture: 2 minutes

Qu’est-ce que la stratégie ? Est-ce, dans une position de force, exécuter méticuleusement un plan échafaudé à l’avance ? Ou bien, dans une position de faiblesse, tirer le meilleur parti de circonstances qui changent subtilement ? En ce qui concerne les négociations de formation actuelles, il nous faudra beaucoup de temps avant de pouvoir répondre à cette question. Cependant, depuis le 26 mai, c’est Bart De Wever qui semble gagner le plus de terrain.

Depuis le 26 mai, c’est Bart De Wever qui semble gagner le plus de terrain

La pause apparemment inexplicable que le formateur De Wever avait imposée au niveau flamand a permis de relancer le sp.a dans le jeu des coalitions Ce faisant, De Wever a menacé le CD&V et l’Open VLD de cinq ans d’opposition tout en les attirant dans sa bataille suivante. S’il est vraiment prêt à rempiler pour une coalition suédoise en Flandre, c’est qu’il a obtenu des deux partis de solides garanties de leur loyauté dans les négociations au niveau fédéral. En d’autres termes, De Wever a obtenu de bien meilleures conditions de négociation que l’exigence à première vue irréaliste qu’il avait mise sur la table le soir du 26 mai.

Une coalition suédoise mettrait fin au cauchemar de De Wever, à savoir un gouvernement fédéral arc-en-ciel appuyé par le CD&V. Le PS devrait toutefois accepter de faire partie d’un gouvernement asymétrique composé d’une part de la N-VA, du CD&V et de l’Open VLD, et d’autre part du PS et du MR. Cela reviendrait pour les socialistes francophones à rejoindre la coalition suédoise qu’ils détestent, avec ou sans le sp.a, à condition que celui-ci se remette de l’humiliation infligée par De Wever.

Le PS, qui a promis d’opter pour la majorité la plus à gauche possible, risque donc de se retrouver avec le MR en Wallonie et les trois partenaires flamands les plus à droite, si l’on ne tient pas compte du Vlaams Belang. Comment le PS pourra-t-il vendre cette idée à sa base radicale et syndicale ? Mystère.

Modèle belge en otage ou gestes symboliques

Pour la première fois, De Wever est en état de tenir réellement le modèle belge en otage. Pourtant, son alliance renouvelée avec le CD&V et l’Open VLD ne pourrait pas y survivre. C’est pourquoi il semble plus crédible que De Wever se contente de gestes symboliques en direction de son mythique confédéralisme en échange d’un meilleur financement de la Wallonie.

Étant donné que les négociations fédérales ne font que commencer, ce n’est pas De Wever mais Jambon qui sera nommé ministre-président flamand. En tant que président de parti et bourgmestre, De Wever garde les mains libres pour négocier, ce que la plupart des membres de la N-VA – à l’exception de Geert Bourgeois peut-être – trouveront logique.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée