Daar Daar logo

Les ordis « gratuits » offerts aux écoles flamandes ne sont en fait pas si gratuits

(cc) Sara_Torda via Pixabay

18 novembre 2020

Les ordis « gratuits » offerts aux écoles flamandes ne sont en fait pas si gratuits

Temps de lecture: 3 minutes
Auteur
Laurence Hamels
Traducteur Laurence Hamels

Le budget informatique de l’enseignement flamand est multiplié par dix. Les 15 000 « ordinateurs portables corona » neufs en sont un avant-goût. « Mais certains établissements préfèrent ne pas être payés en laptops ».

Cette semaine, 7 500 ordinateurs portables neufs seront distribués dans les écoles secondaires flamandes, une opération qui sera réitérée la semaine prochaine. Ces ordinateurs permettront à des élèves démunis d’assister eux aussi aux cours à distance à mi-temps qui s’appliquent dès aujourd’hui aux élèves des deuxième et troisième degrés. Le gouvernement flamand en assure le financement, et les coupoles de l’enseignement se chargent de leur distribution.

Cependant, la demande des écoles est supérieure à l’offre. En effet, environ 40 % des demandes seront satisfaites, ce qui signifie qu’un grand nombre d’élèves ayant besoin d’un PC resteront sur le carreau. Pour éviter un appel d’offres public chronophage, la commande revêt la forme de contrats-cadres. « Nous devions agir vite », a déclaré le ministre de l’Enseignement, Ben Weyts (N-VA). Outre les ordinateurs, l’accord inclut leur entretien et un helpdesk.

Offre réjouissante en apparence

Malgré l’apparence réjouissante de cette offre, certaines écoles se sont rétractées. « La semaine dernière, nous avons dû trancher dans de brefs délais, peu avant la date butoir de vendredi », précise David Van Thuyne, directeur adjoint au Sint-Norbertinstituut à Anvers, un collège comptant beaucoup d’élèves défavorisés. « Finalement, nous avons décidé de ne pas nous engager, car nous avons entendu dire que le montant serait déduit du budget 2021. »

Cette école a besoin de 300 à 350 ordinateurs, surtout pour l’option bureautique. Lors de la première vague du coronavirus, elle avait déjà reçu cent PC portables reconditionnés. « Cette fois, nous en avons demandé cent de plus. Mais lorsque nous avons compris que, en raison de la longue liste d’attente, nous ne pourrions en recevoir que quarante, nous avons retiré notre demande. Quarante laptops à 550 euros pièce, cela fait 22 000 euros. Nous sommes convaincus que nous pouvons investir cet argent autrement et mieux. »

Déduction

« Certains établissements préfèrent affecter le budget à d’autres équipements informatiques que de « se faire payer en laptops«  », a expliqué Pieter-Jan Crombez, le porte-parole de l’Enseignement catholique de Flandre. « Nous avons appris, jeudi dernier seulement, que ce poste serait déduit du budget de l’école. Nous nous sommes contentés d’en informer nos chefs d’établissements. » D’après les informations dont la coupole dispose, au moins dix-sept collèges ont renoncé à ce « cadeau ».

Groen et sp.a, partis de l’opposition, se sont également indignés du fait que les laptops « gratuits » semblent être prélevés de la future enveloppe. Elisabeth Meuleman (Groen) s’est exprimée en ces termes : « Les écoles comptant de nombreux élèves démunis qui souhaitent donner des ordinateurs portables à ces derniers seront donc en quelque sorte pénalisées l’année prochaine. Cette gestion est inappropriée ».

Le ministre Weyts ne comprend pas cette critique. « Il est vrai que le budget portant sur les 15 000 ordinateurs portables est déduit des futurs moyens informatiques affectés en premier lieu à l’enseignement obligatoire », dit-il. « Mais ces moyens passent à 375 millions d’euros, soit dix fois plus que le budget actuel. Actuellement, les écoles reçoivent une partie de cet argent plus rapidement. Elles ne seront absolument pas pénalisées financièrement parce qu’elles souscrivent un contrat maintenant. »

Prises de courant

Cette somme d’argent provient de la caisse que le gouvernement flamand a réservée à la relance. Une grande partie de ce montant sera engloutie avant même le commencement de  l’année. Dès lors, à partir de 2021, les écoles disposeront de beaucoup plus de moyens informatiques.

Ce sont les établissements qui déterminent en grande partie l’affectation de ces moyens. Ceux-ci peuvent être dédiés au matériel et à la connexion Internet, à la formation et au personnel, mais aussi à l’installation d’équipements courants tels que des prises de courant supplémentaires.

En optant pour ce bond digital, Ben Weyts veut permettre aux écoles de rattraper le retard. Selon un rapport de la Commission européenne (datant de 2017), le parc d’ordinateurs des écoles belges se situe un peu au-dessus de la moyenne européenne. Certes, il existe de grandes différences régionales. À Bruxelles, on recense 13,4 terminaux pour cent élèves, en Wallonie, 16,5 contre un peu plus de 41 en Flandre. C’est la Communauté germanophone qui se hisse en première position, avec 43,6 unités pour cent apprenants.

 

 

 

 

 

 

 

 

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée