Daar Daar logo

Combien de temps la N-VA laissera-t-elle le MR la défier?

(cc) Tineke

29 octobre 2015

Combien de temps la N-VA laissera-t-elle le MR la défier?

Temps de lecture: 2 minutes
Fabrice Claes
Traducteur Fabrice Claes

À Linkebeek, le MR semble chercher le conflit communautaire. Qu’attend la N-VA pour réagir ?

Les francophones de Linkebeek jouent le jeu à fond, comme jamais auparavant. Ils refusent de se soumettre aux arrêtés du gouvernement flamand sur la non-nomination de Damien Thiéry, mais aussi au nouvel arrêt des chambres réunies – et donc bilingues – du Conseil d’État, qui donnent raison au gouvernement flamand. Les francophones de Linkebeek sont soutenus par le MR, le parti de Charles Michel, Premier ministre de Belgique, dont le parti avait obtenu de la N-VA qu’elle mette au frigo ses aspirations communautaires.

Nous avons révélé sur notre site le problème de Linkebeek. Nous l’avons commenté aussi. Même les réformes de l’État n’arrivent pas à arrêter ce carrousel typiquement belge. Un spectacle politique rendu bien triste par la présence au gouvernement fédéral de la N-VA de Mme Homans et du MR de M. Damien Thiéry. Deux partis qui tiennent à leur gouvernement. On aurait donc pu s’attendre à ce que ce problème se règle en coulisses, comme le veut la tradition dans notre pays, non ? Eh bien, non. Mme Homans suit la route tracée par ses prédécesseurs : la loi vaut également pour Damien Thiéry. Le MR, lui, continue de soutenir M. Thiéry de manière inconditionnelle. À propos de la démission collective des membres francophones du conseil communal ce lundi soir (le 26 octobre 2015), le président du MR Olivier Chastel a répété que M. Thiéry était « le seul bourgmestre légitime de Linkebeek ». Une déclaration qui pose problème, car elle revient pour le MR à nier la compétence du gouvernement flamand, mais aussi les arrêts du Conseil d’État. Une telle situation est difficile à tenir pour le parti du Premier ministre, mais en Belgique, tout est possible.

Et maintenant ? Jusqu’à quand la N-VA laissera-t-elle son partenaire de coalition la provoquer sur le terrain communautaire ? Peut-être serait-il temps, pour la N-VA, de mettre fin à ce mutisme communautaire. À moins qu’il faille considérer le rejet de l’accord sur le climat par la N-VA comme un premier coup de semonce ? En effet, en Belgique, notamment dans les dossiers communautaires, tout est lié. La N-VA estime que la Flandre a dû faire trop de concessions pour parvenir à cet accord. Jusqu’où sont-ils prêts à aller ? Et à propos du parking C ? Ou de la Brussels Municipal Region ? De nombreux feux communautaires couvent encore, et ils pourraient se rallumer très vite.

Quoi qu’il en soit, il existe une loi qui prévaudra toujours en politique belge : chassez le communautaire, il reviendra au galop. Le rôle du MR dans le jeu qui se joue à Linkebeek est clair. Et la N-VA, de son côté, n’a plus aucune raison de freiner ses ardeurs communautaires. Car le MR, lui, ne veut simplement pas être épargné.

Pieter Bauwens
Article en V.O. sur Doorbraak
Traduit du néerlandais par Fabrice Claes

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée