DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Bart De Wever en Amérique
08·06·15

Bart De Wever en Amérique

Temps de lecture : 2 minutes

Avec une centaine d’homologues issus du monde entier, le bourgmestre d’Anvers se rendra à New York en juin pour y parler de sécurité. Il passera aussi deux jours à Washington DC, avant de s’entretenir avec de hauts responsables américains sur cette même question.

Bill de Blasio, le maire de New York, et peut-être Vitali Klitschko, maire de Kiev et ancien champion de boxe, font partie des personnalités les plus en vue. Les maires de Rome, Xi’an, Medellín, Dubaï, Le Cap et Budapest ont également annoncé leur présence lors du « Mayors Forum », qui se tiendra à New York du 8 au 10 juin.

  1. Uniquement sur invitation

Bart De Wever intégrera donc à son agenda chargé ce déplacement de quatre jours au pays de l’Oncle Sam. « Le forum est un réseau unique qui réunit environ 300 grandes villes, dont Anvers. Ces conférences sont organisées tous les deux ans, et il nous semble utile d’y prendre part. L’objectif ? Enrichir nos connaissances en matière de sécurité », justifie  Johan Vermant, porte-parole du bourgmestre de la métropole flamande.

La sécurité n’est pourtant pas le thème principal de cette édition, baptisée « Innovative Cities of Opportunity ». Les discussions porteront plutôt sur les meilleures pratiques en matière d’innovation urbaine, avec un accent plus marqué sur le logement, la mobilité, le développement durable et l’enseignement.

Le Mayors Forum est un événement « invitation-only », réservé à quelques privilégiés. Selon les organisateurs, « seules les villes pouvant se prévaloir d’une solide réputation en matière de politique urbaine et de grandes réalisations en la matière sont conviées à la conférence. Tous les deux ans, seuls 80 maires reçoivent un carton d’invitation. »

  1. Deux jours à Washington

À l’issue du sommet de New York, Bart De Wever restera encore quelques jours outre-Atlantique. Il se rendra dans la capitale américaine pour y nouer quelques contacts de haut niveau. Le bourgmestre ne souhaite pas s’étendre davantage sur la nature exacte de ces contacts, car le programme définitif n’a pas encore été arrêté. Seule une chose est sûre, ces entretiens seront entièrement consacrés à la problématique de la sécurité. Washington accueille en son sein l’ensemble des départements ayant une expertise en matière de terrorisme urbain et de stratégie antiterroriste.

Lors de ses déplacements, De Wever ne se sépare jamais de son contingent de gardes du corps, et il n’en ira pas autrement cette fois. L’intéressé abordait la question dans une interview accordée à l’hebdomadaire P-magazine, alors que Filip Dewinter (Vlaams Belang) bénéficie lui aussi d’une protection rapprochée, jugée nécessaire depuis le passage à son domicile d’un homme suspect en avril. « Filip Dewinter est à présent sous la garde d’une partie de mes baby-sitters. Il a beaucoup insisté pour obtenir cette surveillance. À juste titre. Tous les grands leaders de la droite populiste de nos voisins sont flanqués d’agents de sécurité. Mais je me demande quand même s’il se fera à cette nouvelle vie. Des résidences de vacances passées au crible par des chiens renifleurs, des passants interpelés pour un contrôle d’identité… Quand vous partez pour la première fois faire un footing entouré de vos trois gorilles, vous avez l’impression d’être Barack Obama. Mais le plaisir est de courte durée. »

L’article en V.O. sur Newsmonkey 

Partager :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée