Daar Daar logo

Accord flamand: « Qui va payer la note ? Les jeunes générations »

(cc) Pixabay

1 octobre 2019

Accord flamand: « Qui va payer la note ? Les jeunes générations »

Temps de lecture: < 1 minute

Plusieurs éditorialistes flamands émettent des réserves sur l’accord de gouvernement entre la N-VA, le CD&V et l’Open VLD, présenté lundi par le formateur Jan Jambon (N-VA). Selon les commentateurs, de nombreuses mesures portent la marque du Vlaams Belang. Une question revient également souvent : « de quels moyens disposons-nous pour réaliser ces mesures et qui va payer la note ? » 

« Même coalition mais un autre ton et d’autres priorités », note Bart Eeckhout dans De Morgen. Selon lui, « ce gouvernement est clairement plus à droite et porte une grande attention à la symbolique politique de l’identité flamande ». Celle-ci avec la politique d’intégration se veut une réponse logique au succès électoral du Vlaams Belang. « Mais est-ce bien malin ? » se demande l’éditorialiste. « Est-ce que le fait de continuer à crier qu’il faut durcir la politique d’intégration suffira à freiner le succès du Vlaams Belang ? »

Karel Verhoeven, rédacteur en chef du Standaard fait la même observation, lorsqu’on examine les mesures annoncées, on ne peut s’empêcher de constater qu’il n’y a pas trois partis au gouvernement Jambon mais bien quatre, à savoir le Vlaams Belang. La stratégie de Bart De Wever de discuter durant tout l’été avec le parti d’extrême droite aura laissé des traces. « Comment le CD&V peut-il avaler cela ? » se demande l’éditorialiste.

Mais selon lui, cela pourrait finalement être profitable à ce gouvernement. « Le fait que l’ennemi se trouve à l’extérieur pourrait s’avérer être une puissant ciment entre les partis de la coalition ».

La suite de cette revue de presse des journaux flamands sur le site de notre partenaire Flandrinfo.be 

Lire aussi l’édito du Tijd en intégralité: L’accord flamand, une évolution qui respecte la démocratie

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée