Daar Daar logo

Le PS se modernise : merci la N-VA

Image par Lolame de Pixabay

21 novembre 2019

Le PS se modernise : merci la N-VA

Temps de lecture: 2 minutes
Auteur
Traducteur Sebastien Cano

Tout indique que l’on se dirige vers une coalition sans la N-VA. Prenons simplement ce tweet de Gwendolyn Rutten, présidente de l’Open Vld : « La mission est difficile, mais l’informateur Paul Magnette prend les choses au sérieux. C’est nécessaire. Notre pays mérite un gouvernement qui met la main à la pâte. » Même son de cloche du côté des démocrates-chrétiens : il faut s’attaquer au problème, c’est-à-dire coopérer avec Magnette (qui n’a jamais caché sa préférence pour une coalition violette et verte) plutôt que de se lancer dans des aventures communautaires incertaines.

Dans un éditorial du journal Het Belang van Limburg, le journaliste politique francophone Christophe Deborsu explique que la seule piste qu’étudient sérieusement les francophones est cette d’une alliance violette et verte, éventuellement avec la participation des démocrates-chrétiens. Ses sources au PS lui ont également fait savoir qu’en réalité, le roi avait demandé à Magnette et à De Wever de collaborer (probablement sur le conseil de Magnette), mais que le président de la N-VA aurait dit à celui du PS, au téléphone : « Vas-y tout seul, Paul. Je ne suis pas intéressé. »

Seul Bart De Wever pourrait confirmer l’authenticité de cet épisode et expliquer les raisons pour lesquelles il aurait refusé une mission de co-information avec Magnette. À en croire Deborsu, les partis francophones considéreraient par ailleurs que la seule solution alternative consisterait à organiser de nouvelles élections et non à engager de nouvelles négociations avec la N-VA.

Pieterjan De Smedt, de l’émission Terzake, a entendu dire que le ton serait monté entre De Wever et Magnette lors d’une discussion en face à face — ce que dément ce dernier.

Du reste, les partis envisageraient encore une coalition violette et jaune — ce ne sont là que rumeurs et spéculations, mais rien ne prouve le contraire non plus.

Du côté flamand, les demandes sont les mêmes, depuis des mois : à quel point l’Open Vld et le CD&V sont-ils sérieux lorsqu’ils répètent à l’envi que « les deux principaux partis », à savoir la N-VA et le PS, doivent se charger des négociations ? Les partis francophones devront mettre beaucoup d’eau dans leur vin pour pouvoir gouverner sans la N-VA jusqu’en 2024.

L’économiste anversois Ive Marx objecte que certains volets du programme du PS sont absolument dépassés : des recettes de gauche des années 80 dont il a été prouvé depuis longtemps qu’elles sont inadaptées. Il exprime l’espoir que Magnette aura le courage de jeter par-dessus bord son lest idéologique pour passer à un socialisme contemporain, plus efficace. Peut-être que l’aversion qu’ils ont pour la N-VA suffira à réellement faire bouger les socialistes. Une maigre consolation pour les nationalistes flamands…

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée