DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Laissez les jeunes profiter, tout ira bien!
01·07·22

Laissez les jeunes profiter, tout ira bien!

Isolde Van den Eynde est journaliste politique au quotidien Het Laatste Nieuws.

Temps de lecture : 2 minutes Crédit photo :

Photo by Simon Maage on Unsplash

Guillaume Deneufbourg
Traducteur⸱trice Guillaume Deneufbourg

À toi, l’adolescent que je croiserai ce matin en rue, un bulletin scolaire à la main – conquis de haute lutte ou obtenu avec mention. À toi, futur adulte, avec tes questions plein la tête et ta musique plein les oreilles.

À toi, jeunesse prétendument perdue, qui goûte sans doute déjà aux joies de l’été. Le premier que tu passeras en liberté totale depuis un moment. Profite, profite, profite ! En dépit de ce qu’ils disent.

Oui, certains politiques te font miroiter, sans y avoir trop réfléchi, un « capital universel de solidarité » de 30 000 euros, accordé à tous sans condition. Ne cède pas au chant de ces sirènes qui te promettent monts et merveilles. Le trésor au pied de l’arc-en-ciel, ils ne l’ont pas trouvé et ne le trouveront jamais.

30 000 euros pour chaque jeune: Ecolo jette de la poudre aux yeux

Ils s’en prendront toujours, au final, à ta liberté de choix. Comme c’est le cas pour le pouvoir d’achat de tes parents, qui répriment chaque jour un soupir à l’arrivée d’une nouvelle facture, ou à la caisse du supermarché, en constatant que jadis – c’est-à-dire il y a quelques mois à peine – leur charriot coûtait cinquante euros de moins. Après avoir gaspillé sans compter, ces mêmes politiques n’ont plus de marge pour nous aider sur l’essentiel. L’impasse est telle que même les plus expérimentés doivent admettre leur impuissance. Pour te guider dans ton insouciance, tu as pourtant besoin de dirigeants courageux.

« Ça a foiré où, exactement ? C’est quoi, le plan ? »

Oui, certains se demandent si la flamme brûle toujours. Fini les douches, les brins de toilette au lavabo reviennent au goût du jour. Sur les sites de vente en ligne, on s’arrache les boudins de porte en perspective de l’hiver prochain. Beaucoup s’inquiètent de savoir si, dans ton esprit, la flamme brûle encore, là aussi. Ton niveau de connaissances régresse à vue d’œil. À un point tel qu’ils s’interrogent sur ton avenir. Qu’adviendra-t-il de toi ? Tu n’as plus d’enseignants. Plus assez de jeunes diplômés, plus assez de vocations. Ceux qui sont encore là jettent l’éponge les uns après les autres. Résultat : des salles de classe vides, des examens annulés. Même les camps de jeunes ne sont plus, de l’avis de certains, que d’immenses grandes beuveries. On aurait touché le fond… Pour reprendre le titre d’une chanson du groupe de hip-hop néerlandais « Jeugd van Tegenwoordig », Jeunesse d’Aujourd’hui : « Watskeburt?! » Ça a foiré où, exactement ? C’est quoi, le plan ?

Alcool chez les scouts : que jeunesse se fasse !

Oui, des années de vaches maigres nous attendent après plusieurs années déjà pas folichonnes. Mais à tous les prophètes de malheur, je veux dire ceci : laissez-les tranquilles ! Laissez-les ne pas réfléchir, laissez-les se planter. Laissez-les faire la bringue, laissez-les glander. Laissez-les profiter d’un été sans pass sanitaire, sans autotests, sans masques. Laissez-les être jeunes.

« Je me rappelle que de cette jeunesse-là, de cette jeunesse prétendument perdue, sont celles et ceux qui, demain, dirigeront le pays. »

Ils ont traversé une crise sanitaire en pleine crise d’adolescence. Deux ans d’école dans des conditions exécrables. Ils ont ensuite appris que la guerre pouvait éclater à deux pas de chez eux, et pas seulement au bout du monde. Ils ont vu des réfugiés débarquer dans leur classe, parfois même dans leur salon. Une crise énergétique leur bouffe leur pouvoir d’achat.

Alors je réfléchis. Et je me rappelle que de cette jeunesse-là, de cette jeunesse prétendument perdue, sont celles et ceux qui, demain, dirigeront le pays. Je me dis alors qu’elle a déjà bien vécu et bien appris, cette jeunesse-là. Que de la résilience, elle en a à revendre. Et alors je me dis : tout ira bien.

Les jeunes d’aujourd’hui, une « génération perdue »?

Partager :
Mots clés :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée