La Francophonie, une illusion romantique dangereuse et dépassée ?

6 juin 2018 | Auteur : | Temps de lecture : 3 minutes

La semaine dernière, la commission des Relations internationales du Parlement de la Communauté française a approuvé une résolution pour le moins remarquable qui pourrait mener à une polémique au niveau fédéral.

Les vénérables députés du Parlement de la Communauté française, rebaptisée unilatéralement Fédération Wallonie-Bruxelles au mépris total de la Constitution, estiment qu’il est temps d’organiser un sommet international de la francophonie à Bruxelles. La Belgique, tout comme la Communauté française, sont membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), une institution réunissant des pays dont le français est soit la langue de la majorité de la population, soit celle d’une importante minorité.

L’OIF compte 54 membres de plein droit, dont des pays aussi peu probables que l’Albanie, la Moldavie ou le Vanuatu, ainsi qu’une trentaine de membres associés et observateurs. Dernièrement, même l’Arabie saoudite a introduit une demande d’assister aux assemblées de l’Organisation.

L’espoir fait vivre

Les pays membres de l’OIF rassemblent au total 900 millions de citoyens. Parmi ceux-ci, seuls 274 millions sont francophones. Au siècle dernier, le français a fortement régressé comme langue universelle. En effet, les anglophones natifs ont beau n’être que 360 millions, il y a quand même un milliard et demi de personnes qui utilisent l’anglais quotidiennement sur toute la planète. Mais l’espoir fait vivre : grâce à la croissance démographique, le nombre de francophones devrait atteindre un milliard en 2065, d’après l’OIF. Aussi, pour de nombreux francophones, le Brexit offre au français une chance unique de devenir la première langue de l’Union européenne.

La Communauté française paie chaque année, de ses propres deniers, une participation considérable au budget de l’institution, qui a besoin de 85 millions d’euros pour financer entre autres sa présidente, dix directeurs, huit agences régionales et quatre représentants permanents. Il faut savoir que ce montant n’inclut pas le prix de l’organisation des sommets biennaux, qui est supporté par le pays hôte.

Partage des frais avec le fédéral … et la N-VA ?

Il y a trois ans, le FDF (désormais DéFI) avait insisté pour que la Belgique se porte candidate, mais l’idée avait été rejetée pour des raisons budgétaires. C’est maintenant au tour du MR de proposer l’organisation de ce sommet à Bruxelles. Du côté des parlementaires francophones, on trouve l’idée excellente. Mais vu que la Fédération manque de moyens, le PS et le cdH ont fait voter un amendement qui exige que l’État fédéral partage les frais.

Je suis curieux de voir comment la N-VA réagira à cette idée lancée par son partenaire de coalition libéral. Le MR a en effet défendu sans complexe l’organisation du sommet comme un excellent moyen de « promouvoir Bruxelles en tant que ville francophone ». Il est manifestement toujours difficile, pour les politiques francophones, d’admettre que Bruxelles est devenue une mosaïque linguistique représentant 180 nationalités et dont plus de 60 pour cent des ménages ne parlent aucune des deux langues nationales. Le français a perdu son statut d’il y a cinquante ans, lorsque la francisation était encore possible. La mondialisation a réduit le français à une lingua franca dans notre capitale.

Nationalistes obtus

De nombreux dirigeants francophones continuent à appréhender la capitale de ce pays en version française. Cette tendance est souvent due à leur propre monolinguisme. Lorsqu’on ne regarde que des chaînes de télévision françaises, où les films sont encore doublés, on n’apprécie pas la valeur du multilinguisme. Et les politiques francophones sont très peu nombreux à avoir accepté que Bruxelles soit constitutionnellement une capitale bilingue. Quand il s’agit de défendre sa propre langue, ils sont les premiers à jouer les nationalistes obtus, chose qu’ils aiment tant à reprocher aux Flamands. Comme le disait l’écrivain flamingant Prudens van Duyse, la langue est tout le peuple. Surtout la langue française.

Considérer que la langue est un moyen de lier terres et peuples et de transmettre des valeurs universelles, ce n’est qu’une illusion romantique dangereuse qui témoigne d’un sentiment de supériorité dépassé vis-à-vis des autres langues et cultures. La Communauté française de notre pays serait bien plus inspirée de consacrer son argent à la propagation du multilinguisme. Le problème, c’est que cela demande un soupçon de sagesse et de remise en question personnelle.

Comme vous le savez, DaarDaar est constamment à la recherche de subsides et d'investisseurs. N'hésitez pas à nous soutenir via virement à DAARDAAR ASBL BE13 1430 9380 2539 ou via Paypal

Mots clés : , , , , ,

Le présent article a été reproduit avec l'autorisation expresse de l'éditeur responsable de sa publication initiale, tous droits réservés. Toute réutilisation doit faire l'objet d'une nouvelle demande d'autorisation auprès de la société License2Publish, responsable de la gestion des droits d'utilisation : info@license2publish.be.

francophonie

De Tijd

De Tijd est un quotidien économique et financier publié par le groupe Mediafin. Tout comme L’Echo, son pendant francophone, il est principalement destiné au monde des affaires et de l’entreprise. En 1995, De Tijd est devenu le premier journal de Flandre à paraître également en format numérique.

Auteur :
Date de publication : 05/06/2018
Article original : Lire l'article