Daar Daar logo

Élections 2019 : Touche pas à mon poste

Image by wollyvonwolleroy from Pixabay

15 mai 2019

Élections 2019 : Touche pas à mon poste

Temps de lecture: 2 minutes
Fabrice Claes
Traducteur Fabrice Claes

Il fut un temps où nos responsables politiques éludaient les questions sur leurs ambitions personnelles en nous expliquant que, bien sûr, c’était avant tout le contenu qui les intéressait, et que les postes se répartiraient plus tard. Mais ce temps est révolu. Certes, il arrivait qu’un parti propose un candidat premier ministre, notamment lorsque le combat se menait en duel, entre deux poids lourds de la politique. Mais aujourd’hui, la lutte pour la première place du podium se joue entre un nombre de candidats bien plus nombreux. Et ces derniers jours, le nombre de candidats ayant annoncé leurs ambitions ministérielles a explosé. C’est du jamais vu. Dans le passé, on tentait justement d’éviter à tout prix les déclarations de ce genre.

Et il ne s’agit ici que d’une des nombreuses manifestations de l’ambiance politicienne qui règne sur la campagne électorale en cours. Des vétos auxquels personne ne croit, des exclusives qu’on oubliera dès le lendemain des élections, et des guerres de postes. Comme si la rue de la Loi était devenue un grand échiquier, et les candidats une longue rangée de pions à placer.

On dirait que la campagne qui bat son plein concerne un pays sans problèmes majeurs, sans grands défis à relever, et qui se gère comme on l’a toujours fait. Ou bien un pays où les politiques, tout en déplorant le manque d’intérêt de la population pour la campagne électorale, auraient tout le loisir de se concentrer sur leur petit jeu de stratego.

Mais il n’en est rien. Les manifestations se succèdent, les sondages sur les préoccupations des gens se multiplient, et tout indique que notre société devra faire face à des défis de taille dans différents domaines. Qui plus est, l’impatience grandit : pour de plus en plus de citoyens, il est temps de trouver des solutions novatrices à des problématiques inédites.

Le politique devrait donc tout faire pour toucher les électeurs, mais il semble de moins en moins y parvenir. Soit parce que tout le monde se méfie des propos tenus pendant la campagne, ce qui serait grave, soit parce que les électeurs jugent nos politiques incapables de relever les grands défis de notre époque, ce qui serait encore plus grave.

Qui rétablira l’équilibre budgétaire ? Qui redressera la sécurité sociale ? Qui répondra sérieusement aux enjeux climatiques ? Qui résoudra la crise migratoire ? Nos politiques ont encore deux semaines pour faire croire que la réponse à ces questions réside dans la répartition des postes ministériels. Mais après le 26 mai, ce seront de meilleures réponses qu’il faudra fournir.

Mots clés :
© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée