DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Bien-être animal : l’illusion de l’abattage avec étourdissement
07·02·22

Bien-être animal : l’illusion de l’abattage avec étourdissement

Une opinion de Paulien Christiaensen, chercheuse PhD à l’Université Catholique de Louvain (KU Leuven) et l’Université de Gand (UGent) – Droit et bien-être animal.

Temps de lecture : 2 minutes Crédit photo :

Pixabay

Le 30 septembre 2021, la Cour constitutionnelle a estimé que l’interdiction de l’abattage sans étourdissement imposée en Flandre par décret était conforme à la Constitution. En Région wallonne, cette pratique est interdite depuis le 1er septembre 2019. Aujourd’hui, de plus en plus de voix s’élèvent pour demander que Bruxelles s’aligne sur la Flandre et la Wallonie.

Dernièrement, Jonathan de Patoul (DéFI) a introduit une proposition d’ordonnance en ce sens auprès du Parlement bruxellois.

Du point de vue du bien-être animal, on ne peut qu’appeler de tous ses voeux une telle interdiction. Un animal ressent en effet stress et souffrance lorsqu’il est abattu dans un état de pleine conscience.

En pratiquant l’étourdissement préalable, ne pourrait-on pas éviter beaucoup de souffrance animale dans l’industrie de la viande ?

Des porcs asphyxiés

Pas tant de souffrance que cela, en réalité. Prenons l’exemple des porcs : ceux-ci ont la chance d’être épargnés par les religions qui prescrivent l’abattage rituel et sont par conséquent toujours étourdis avant d’être abattus.

Le hic, c’est que cet étourdissement s’effectue avec du CO2. Les porcs sont disposés dans une longue gondole étroite qui descend ensuite vers un local à forte concentration de CO2. L’inhalation de ce gaz carbonique a pour effet non pas d’étourdir les porcs, mais de les asphyxier.

Une pratique similaire serait tout bonnement inconcevable pour des chiens ou des chats (sans même parler d’êtres humains).

Le calvaire d’une bête dont on tranche la gorge sans étourdissement préalable dure entre 20 secondes et 2 minutes 30, en fonction de l’espèce animale et des circonstances (sans compter le processus auquel est soumis l’animal avant d’être abattu).

L’abattage sans étourdissement, pomme de discorde du gouvernement bruxellois

Des études scientifiques révèlent toutefois que l’étourdissement des porcs avec du CO2 provoque une infection douloureuse des muqueuses et une sévère détresse respiratoire. Il faut entre 30 et 60 secondes pour que l’animal perde connaissance. Des études portant sur cette technique d’étourdissement et des témoignages de personnes travaillant dans un abattoir décrivent des porcs suffoquant, hurlant, essayant de s’échapper de la gondole et pris de convulsions.

Sous prétexte d’épargner des souffrances aux bêtes lorsqu’elles sont abattues, on les étourdit donc avec une technique au moins aussi douloureuse. Pourquoi, vous demanderez-vous ? Parce que l’alternative que constitue un étourdissement par électrochocs prend plus de temps et demande plus de travail, et est par conséquent moins intéressante d’un point de vue économique.

Si l’on veut mener une politique progressiste et cohérente en matière de bien-être animal, il faudra également oser remettre en question ces considérations économiques.

Abattage sans étourdissement : la société se trompe de débat

Partager :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée