Daar Daar logo

9 mars 2016

« Molenbeek », la série documentaire que le monde entier s’arrache

Temps de lecture: 2 minutes

La réputation de Molenbeek comme plaque tournante du terrorisme a fait le tour du monde, comme le démontre l’intérêt suscité par la série de reportages de la chaîne flamande Eén (VRT). Après que le candidat aux présidentielles américaines Donald Trump a qualifié la commune de « trou à rats », les demandes affluent, y compris de pays comme l’Albanie ou le Brésil.

Qualifiée de « Trou à rats » par le candidat aux primaires républicaines Donald Trump, ou de « Bande de Gaza de l’Europe » par le député anti-islam néerlandais Geert Wilders, la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean a acquis une renommée mondiale depuis les attentats de Paris. La commune reste encore tristement célèbre de nos jours, comme le prouve l’intérêt suscité par la série éponyme de la première chaîne flamande.

On y voit le journaliste Eric Goens passer trois mois dans la commune aux côtés des habitants, de l’imam, des agents de police et des politiques locaux. « Le Belge n’imagine pas à quel point Molenbeek a mauvaise réputation à l’étranger », explique E. Goens. « L’intérêt que suscite la série de reportages ne fait que confirmer cette notoriété. »

Doutes

Que la RTBF et RTL se disputent les droits de diffusion de la série, il fallait s’y attendre – à propos, c’est la RTBF qui a raflé la mise. De même, il semble normal que d’autres pays, comme la France, les Pays-Bas ou l’Allemagne, s’y intéressent aussi. « Mais aujourd’hui, je reçois même des demandes de la Turquie, de l’Albanie, du Monténégro, de la Lettonie et même du Brésil. »

Et ce, alors que les réalisateurs doivent encore présenter leur film au grand Salon de la télévision et des médias de Cannes. Eric Goens : « Après trois semaine de tournage, j’ai commencé à douter : qui peut bien avoir envie de regarder ce reportage ? Énormément de monde, manifestement, y compris à l’étranger. »

Pour la bourgmestre MR de Molenbeek, Françoise Schepmans, redorer le blason de Molenbeek constitue un défi « gigantesque ». « Avant les attentats de Paris, l’image de la commune n’était déjà pas excellente. Ceci dit, ce que Trump et Wilders en disent, c’est n’importe quoi. La seule mise en garde que je fais à mes enfants, c’est de faire attention dans le métro après 22 heures. Pour le reste, on vit en sécurité ici. »

« Le reportage de Goens montre la commune de Molenbeek telle qu’elle est : avec ses problèmes, mais aussi avec sa solidarité. Sa diffusion à l’étranger ne peut avoir que des retombées positives. »

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée