DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Meurtris au plus profond de nous-mêmes
23·03·16

Meurtris au plus profond de nous-mêmes

Au lendemain des attentats de Bruxelles, DaarDaar a décidé de vous proposer, à titre symbolique, une sélection des éditoriaux des principaux quotidiens du nord du pays. Ils seront publiés au compte-goutte tout au long de cette journée de deuil national.

Temps de lecture : 3 minutes Crédit photo :

Une de Gazet Van Antwerpen: New York 11/09, Madrid 11/03, Londres 7/07, Paris 13/11, BRUXELLES 22/03

Kris Vanmarsenille
Auteur⸱e
Guillaume Deneufbourg
Traducteur⸱trice Guillaume Deneufbourg

Plus rien ne sera jamais comme avant. La Belgique a elle aussi été touchée par des attentats terroristes d’une barbarie sans nom. Nous savions que cela pouvait arriver, nous nous étions même habitués à cette menace permanente, mais maintenant qu’elle est là, nous nous sentons profondément meurtris.

Nous sommes abasourdis, paralysés. Hier, les médias et les observateurs étrangers se sont immédiatement livrés à des analyses et des réflexions de fond, mais chez nous, tout le monde s’en est tenu aux faits. Nos élus politiques se sont à peine exprimés. À l’exception de Tom Van Grieken du Vlaams Belang, qui n’a pu s’empêcher de récupérer les attentats à des fins politiciennes, tous les officiels se sont limités à des déclarations de soutien et de réconfort. Avaient-ils autre chose à faire ? Ce n’était pas le temps des grandes déclarations. C’était celui de la pudeur et de la compassion. Il en a été de même des messages reçus de l’étranger. La vague de soutien qui avait envahi Paris, Londres et New York a cette fois déferlé sur Bruxelles. Les mots de Merkel, de Hollande et d’Obama nous ont fait du bien, de même que les milliers de réactions, de dessins et de messages qui se sont propagés sur les réseaux sociaux.

Ce soutien nous aidera à nous remettre de cette épreuve. Nous devons à présent faire notre deuil, montrer notre compassion aux victimes, honorer et enterrer nos morts. Ce soutien nous aidera peut-être même à apprendre à vivre avec la peur qui nous accompagnera désormais en permanence, voire à apaiser notre colère et à retrouver notre confiance ébranlée.

Mais nous avons aussi du pain sur la planche. Nous nous trouvons face à un énorme problème : notre incapacité à démanteler les réseaux de terroristes qui préparent et perpètrent ces attentats meurtriers. Nous nous sommes réjouis trop vite de l’arrestation de Salah Abdeslam. Nous leur avons certes porté un coup au moral, mais leur force de frappe est restée intacte. Ils l’ont démontré hier. Ces attentats ont été minutieusement planifiés, préparés pendant des mois et exécutés de main de maître. Tout comme l’avaient été ceux de Paris. Et ce, malgré les mesures de sécurité draconiennes mises en place depuis le 13 novembre, malgré les contrôles renforcés, malgré la présence militaire dans les rues.

Chaque jour, dans ce pays, des jeunes se font laver le cerveau par des fanatiques sans scrupules qui les envoient en Syrie pour préparer leurs attentats. Et ce, malgré les programmes de déradicalisation et l’attention policière dont ils font l’objet. Il ne faut pas dire que nous nous y prenons mal, mais nous devons assurément investir encore plus de moyens humains et logistiques pour combattre ces réseaux et ces pratiques de rabattage. Ils forment une menace constante à notre sécurité. Et aussi longtemps qu’ils existeront, nous devrons apprendre à vivre avec encore plus de restrictions, de contrôle, avec encore plus de policiers dans les rues, avec encore moins de vie privée. Nous sommes en guerre, et une guerre impose des mesures spéciales.

Cette guerre, nous devons aussi la mener en front commun, tous ensemble. Les chamailleries des dirigeants européens, les querelles entre les services de renseignement et la police, les dissensions entre les partis politiques, la haine contre certains groupes de la population, la stigmatisation des musulmans et des réfugiés, tout cela ne fait que nous détourner de notre combat. Nous nous battons contre des terroristes et des fanatiques qui violent tous les principes de leur propre religion pour détruire notre société. Nous nous battons pour un monde libre et tolérant. Tel doit être notre objectif, quels que soient les obstacles qui se mettront sur notre route.

Partager :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée