Daar Daar logo

15 février 2016

L’échec colossal de la Flandre en matière d’énergie propre

Temps de lecture: 3 minutes

La construction de deux centrales à biomasse prévue en Flandre risque bien de passer à la trappe suite à la faillite de l’exploitant allemand, ce qui, en principe, devrait être une bonne nouvelle pour notre portefeuille, avec en point de mire une possible réduction de la Turteltaxe, la « taxe d’Annemie Turtelboom » (ndlr: ministre flamande de l’Energie). Mais les chiffres communiqués par l’Europe concernant notre production d’électricité verte sont affligeants. Nous sommes un des plus mauvais élèves de la classe.

On peut dire avec une quasi-certitude que la construction prévue en Flandre de deux centrales à biomasse fonctionnant aux pellets va passer à la trappe, un événement qui sert de trame à un énième épisode de la saga de la Turteltaxe, dont l’objectif est de financer l’électricité verte et qui devait générer, entre autres, 200 millions d’euros pour lesdites centrales sur les dix prochaines années. Soit une somme totale de 2 milliards donc, qui n’a désormais plus lieu d’être et que la Turteltaxe ne devra plus alimenter.

Le gouvernement flamand se déchire aujourd’hui sur la mise à profit de ce « gain » : diminuer la taxe (un vrai fantasme pour les libéraux, qui exècrent la Turteltaxe) ou la maintenir et continuer à consacrer cet argent à la production d’électricité verte. C’est plutôt pour cette dernière option que plaide le CD&V.

Alors que jeudi matin, le sp.a et l’Open Vld s’affrontaient encore pour savoir qui, en fin de compte, est responsable de la Turteltaxe, voilà maintenant que s’ajoute à cette saga l’épisode des centrales à biomasse. Les libéraux ont d’abord tenté de mettre la Turteltaxe sur le « compte de Freya », car c’est l’ancienne ministre flamande de l’Energie, Freya Van den Bossche (sp.a), qui en porterait la responsabilité. Une stratégie qui s’est toutefois révélée être un bel échec en termes de communication, car cette taxe colle aujourd’hui à la peau d’Annemie Turtelboom (Open Vld).

Le sp.a est récemment passé à l’offensive : c’est Turtelboom qui a approuvé la centrale à biomasse, a déclaré Joris Vandenbroucke, chef de groupe sp.a., déclenchant ainsi une réaction âpre de l’Open Vld : c’est également un héritage de Freya. « Tiens, j’ai cru que Joris Vandenbroucke venait présenter ses excuses pour la facture des centrales à biomasse », a ainsi tweeté ce matin Bart Somers, chef de groupe Open Vld.

Des chiffres européens qui ne mentent pas

Et c’est précisément le moment choisi par Eurostat, l’agence européenne des statistiques, pour publier un nouvel aperçu de la part d’électricité verte en Europe, avec un résultat cruel pour la Belgique. Pendant des années, aucun des gouvernements successifs de notre pays, aussi bien au niveau fédéral que flamand, n’a osé prendre la moindre décision courageuse pour augmenter la production d’électricité verte. La solution de facilité était et reste les centrales nucléaires. Le sp.a et l’Open Vld se sont retrouvés tous deux, et ensemble, aux manettes depuis 1999, et ni l’un, ni l’autre n’a appuyé sur l’accélérateur.

Nous voici donc condamnés à nous bringuebaler en queue du peloton européen : seuls le Royaume-Uni, les Pays-Bas, Malte et le Luxembourg obtiennent de plus mauvais résultats. Au contraire du reste de l’Europe, il n’est chez nous nullement question d’une révolution de l’électricité verte, alors que les résultats parlent d’eux-mêmes pour l’ensemble de l’Union européenne, avec une progression très claire ces dernières années permettant d’espérer atteindre 20 % d’ici 2020.

Notre pays continue à claudiquer douloureusement à l’arrière. Et pour couronner le tout, les résultats de la Flandre sont bien plus mauvais que ceux de la Wallonie qui, de son côté, réalise facilement ses objectifs d’électricité verte. Dans l’ensemble, la part d’électricité verte en Belgique était de 8 % en 2014. Même si toutes les mesures prévues aboutissent (en comptant les centrales à biomasse qui ne verront donc jamais le jour), nous n’atteindrons qu’un misérable 13 % en 2020.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée