Daar Daar logo

(c) Bulevardi

10 octobre 2017

Grève du 10 octobre: une action inutile menée par un syndicat rétrograde

Fabrice Claes
Traducteur Fabrice Claes

Le syndicat socialiste CGSP se prétend progressiste. En d’autres termes, cette organisation prétend vouloir aller de l’avant. Pourtant, la grève de ce mardi prouve exactement le contraire. La CGSP mène une politique conservatrice et refuse toute nouveauté. Toute mesure gouvernementale qui modifie un tant soit peu le statu quo actuel constitue pour le syndicat une déclaration de guerre. « Nous continuerons à nous opposer à toute décision qui touche le secteur public », a expliqué Chris Reniers, président de la CGSP.

Sur le site de la CGSP, Reniers motive le mouvement de grève en évoquant tantôt un soi-disant sous-financement des services publics, tantôt l’augmentation de l’âge de la retraite, voire la chute du pouvoir d’achat ou une politique fiscale inéquitable. Bref : une série d’arguments sans queue ni tête. Nos prélèvements publics font partie des plus élevés au monde et en Europe, presque aucune société de chemins de fer n’est aussi fortement subventionnée que la SNCB. En ne touchant pas à l’âge de la pension, car c’est ce que Reniers demande, le système deviendrait totalement impayable, ce qui appauvrirait les futures générations de pensionnés. Selon le Bureau du plan, le pouvoir d’achat a augmenté de 1 pourcent l’année passée et devrait augmenter encore cette année. Et la politique fiscale ? On dirait bien que ce gouvernement soit le premier à vouloir introduire un impôt sur le capital, c’est-à-dire une mesure formulée depuis longtemps par la gauche. Ce que Reniers a du mal à dire, par contre, c’est que le gouvernement, par sa politique, a créé 146 000 emplois.

Que la CGSP fasse refléter une réalité à ce point faussée à ses affiliés, passe encore. Mais de là à l’imposer à la Belgique entière ce mardi, il y a un pas à ne pas franchir. À l’évidence, Reniers ne se rend pas compte – contrairement à tous les autres syndicats – que l’action de ce 10 octobre n’a absolument aucun sens. Cette journée de grève n’aura aucun effet sur la politique ni sur l’opinion publique, car en Belgique, nous en sommes venus à considérer ce genre d’actions comme un désagrément inévitable, un peu comme les retards de trains ou la pluie. Nous haussons les épaules, puis la vie reprend son cours. Répercussions de l’action : zéro.

Et que dire de l’autre argument de Reniers sur le site de la CGSP ? « La dernière grève du rail a eu lieu il y a 15 mois. » Manifestement, ce syndicat a beaucoup de mal à appréhender le concept de paix sociale durable.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée