DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

La neutralité du genre fait son entrée dans la langue néerlandaise
26·01·22

La neutralité du genre fait son entrée dans la langue néerlandaise

Tous les mercredis, notre responsable éditoriale, Joyce Azar, propose dans l’émission Matin Première (RTBF) une chronique vue de Flandre. Une fenêtre ouverte sur l’actualité du nord du pays.

Temps de lecture : < 1 minute Crédit photo :

(cc) Pixabay

Eric Steffens et Joyce Azar
Auteure

Une petite révolution s’annonce dans la langue néerlandaise : le grand dictionnaire Van Dale va en effet introduire la neutralité du genre dans sa prochaine édition. 

Au total, pas moins de 15.000 mots sont concernés. Ces mots désignent principalement une personne ou un métier. Jusqu’ici, ils étaient la majorité du temps annotés d’un M pour « mannelijk » (masculin), beaucoup plus rarement d’un V pour « vrouwelijk » (féminin). Mais désormais – et c’est une grande première – chacun de ces mots définissant une personne sera accompagné tant d’un M que d’un V, mais aussi d’un X. 

A travers ce changement, le dictionnaire Van Dale souhaite suivre les évolutions de la société, des évolutions qui, selon ses rédacteurs, impliquent un changement dans l’usage de la langue. 

Dorénavant, ces quelque 15.000 mots pourront donc officiellement être utilisés au masculin, au féminin, ainsi que sous une forme non-binaire. 

Quelques exemples pratiques

Jusqu’ici, des mots tels que minister (ministre), bakker (boulanger), ou held (héros), étaient toujours utilisés au masculin. Lorsqu’on évoquait une femme ministre, on devait donc dire « de minister heeft ‘zijn’ nota voorgesteld » (la ministre a présenté sa note), alors que désormais, on pourra dire « de minister heeft ‘haar’ nota voorgesteld », haar qui implique que la note en question est celle d’une femme. 

Toujours dans la même idée, si le ou la ministre ne se reconnaît ni dans le sexe masculin ni dans le sexe féminin, on ne dira plus « hij » ou « zij » (il ou elle) pour désigner cette personne, mais bien « die » ou encore « hen ». L’objectif reste le même : faire place à plus d’inclusivité et à une neutralité du genre dans le dictionnaire néerlandais. 

La suite de la chronique de Joyce Azar sur le site Auvio de la RTBF :

Partager :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée