Daar Daar logo

À Anvers, on arrache la tête de l’oie pour devenir roi

(cc) rapapazi

28 février 2016

À Anvers, on arrache la tête de l’oie pour devenir roi

Temps de lecture: 2 minutes
Auteur

Né à Anvers en 1854 et décédé à Bruxelles en 1927, Georges Eekhoud, écrivain flamand de langue française a consacré, au XIXème siècle, des pages cruelles  à une tradition paysanne toujours vivante dans les polders et en Campine anversoise : le Gansrijden.                            

En ce temps, une oie vivante  était attachée par les pattes au haut d’une potence. Des cavaliers  passaient au galop et lui arrachaient la tête. Faut-il dire que l’oie ne se laissait pas faire… Depuis, la Société Protectrice des animaux a obtenu que l’oie soit morte et glissée dans un  filet rugueux. Ce n’est pas plus facile pour autant, le filet met à sang la peau nue de la main du cavalier. Le spectacle reste saisissant et celui qui arrache la tête de l’oie est sacré Roi. Tous les Rois se retrouvent en fin de saison et s’affrontent pour le titre de Empereur  ce qui,  pour qui l’obtient, représente le sommet d’une vie…

La région compte plusieurs sociétés liées à des communes existantes ou disparues. Berendrecht, Ekeren, Hoevenen, Lillo, Stabroek, Zandvliet… Chacune avec son drapeau, sa fanfare, ses membres, ses couleurs, ses costumes et ses activités, réunit petits et grands car il est notoire que cette tradition passe d’une génération à l’autre, de père en fils et depuis peu, féminisme aidant, de mère en fille.

La compétition commence par une réception très arrosée offerte par le Roi en titre… puis, drapeau et fanfare en tête, les cavaliers à cheval et la société défilent sous les applaudissements en se rendant vers le site … Une organisation bien rodée se met en marche. Un groupe de pseudo infirmières badigeonnent au mercurochrome les cavaliers qui tombent (exprès) de leur cheval et les guérissent à coup de genièvre. Un faux garde champêtre donne des contraventions-bidon aux spectateurs lesquels versent des sommes modestes pour la caisse et pour le plaisir d’entendre leur nom crié au micro. Tout ça sur fond de libations pendant que les lourds chevaux de trait s’emballent,  que les cavaliers tournent et que l’ambiance chauffe.

La prochaine course aura lieu le dimanche 6 mars prochain à partir de midi à Lillo le long de l’Escaut. Elle sera à nouveau clôturée par une réception sans limites et par un défilé avec le nouveau Roi costumé, couronné et bienheureux sous les applaudissements de la foule et les larmes de bonheur de sa famille.  Sachez-le, si cette tradition ancienne est largement éthylique, elle est actuelle, conviviale, sportive et généreuse.  Il est même courant d’y rencontrer des grands de ce monde venus s’y montrer. Pourvu qu’il y ait du soleil.

gansrijden vroeger3

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée