Le football belge, terrain de jeu préféré des milliardaires étrangers

17 février 2017 | Auteur : | Traducteur : Ludovic Pierard | Temps de lecture : 2 minutes

Désireux de mettre le pied dans la porte du football belge, le milliardaire russe, Dmitry Rybolovlev, a émis une offre par l’entremise de son club français, l’AS Monaco, pour mettre la main sur le Cercle de Bruges, un pensionnaire de la division 1B (l’ancienne division 2) qui se noie dans les difficultés financières. Une proie facile pour les roubles russes, la Belgique étant devenue un terrain de jeu intéressant pour investir l’argent du monde du foot.

Riche comme Crésus, le russe Dmitry Rybolovlev possède une fortune estimée à plus de 7 milliards, qu’il a amassée dans le secteur de la potasse minérale, un élément utilisé dans la production d’engrais. En 2014, il s’était retrouvé sous les feux des projecteurs après qu’un tribunal suisse l’eut condamné à verser la moitié de ses richesses à Elena, son ex-femme, prononçant ainsi le divorce le plus cher de tous les temps. Le montant à payer fut toutefois fortement revu à la baisse en appel et, en fin de compte, les deux anciens époux trouvèrent un arrangement à l’amiable.

Sur ces entrefaites, Rybolovlev s’était offert le club mondain de l’AS Monaco, qui évolue en 1re ligue française et avait déjà conclu un accord de collaboration avec son homologue belge du Cercle de Bruges. C’est ainsi qu’on trouve quatre joueurs de l’AS Monaco dans les rangs brugeois. Rybolovlev passe aujourd’hui à l’étape supérieure et ambitionne tout simplement d’absorber le Cercle.

La probabilité qu’il y parvienne est d’ailleurs importante. Appelée à se prononcer fin février, l’assemblée générale des verts et noirs n’a pas vraiment le choix : le club perd chaque année près d’un million d’euros, un trou que la direction actuelle ne peut plus combler.

Par ailleurs, l’actuel CEO de Monaco, le brugeois Filips Dhondt, est une vieille connaissance qui, il y a 20 ans, avait déjà rempli cette même fonction au Cercle, avant de devenir directeur au Club de Bruges. Il connaît la maison et pèsera donc certainement de tout son poids depuis Monaco.

Une vague déferlante étrangère

Avec le Cercle, c’est un nouveau club belge qui tombe entre les mains d’un étranger. En division 1B, l’ancienne D2, ils sont d’ailleurs presque tous concernés par ce phénomène : le Lierse, Roulers, l’Union, Tubize et probablement l’OHL, qui devrait devenir dans un avenir proche le 2e club professionnel repris par des Chinois, suivant ainsi l’exemple de Roulers, qui appartient à Hawken Xiu Li, un riche Chinois habitant à Londres. Mouscron aussi devrait être repris par des Chinois, car les propriétaires de l’Inter Milan souhaitent racheter ce club actuellement détenu par des agents israéliens par le biais d’une société maltaise.

Les Chinois ne sont d’ailleurs plus les seuls à user de cette technique. Courtrai appartient à un millionnaire malaisien, Vincent Tan, Eupen est entre les mains des Quataris par l’entremise de leur Aspire Academy, le Lierse est la propriété de l’égyptien Wadi Degla et Tubize est détenu par des Sud-Coréens par le biais de Sportizen.

Des rumeurs courent également sur Lokeren, Westerlo et le FC Malinois, mais il ne fait aucun doute que c’est dans la nouvelle 2e division que les besoins sont les plus criants : la 1 B s’est transformée en mouroir, avec huit clubs dont le seul espoir est de parvenir à rejoindre la 1A.

Car c’est surtout cette division suprême qui présente un intérêt pour des investisseurs étrangers : la compétition y atteint un niveau raisonnable et vous pouvez entrer dans le monde moderne du football pour une bouchée de pain. Pour couronner le tout, les règles concernant les joueurs étrangers sont très souples et vous ne payez presque pas d’impôts. Un véritable terrain de jeu donc, pour tous ceux qui veulent jeter un peu de leur argent dans le foot.

 

Mots clés : 

(c) Didgeman

Newsmonkey

Newsmonkey est un site d’actualité se présentant comme ‘rebelle et indépendant’ destiné à un public jeune de ‘natifs numériques’. Ce pure player flamand a été mis en ligne le 7 janvier 2014 et emploie actuellement environ 30 rédacteurs.

Traducteur : Ludovic Pierard
Auteur :
Date de publication : 16/02/2017
Article original : Lire l'article