Un service de garde bilingue divise les médecins flamands

14 janvier 2016 | Auteur : | Traducteur : Laura Fontaine de Ghélin | Temps de lecture : 2 minutes

Le 1er avril, le Brusselse Huisartsenkring (BHAK), l’association des médecins généralistes néerlandophones de Bruxelles, lancera un nouveau service de garde bilingue. De son côté, le poste de garde médical néerlandophone Terranova, opposé aux projets du BHAK, a conclu un accord avec la VUB. L’ASBL opérera désormais depuis le centre de médecine générale pour étudiants, situé dans l’avenue Henri Schoofs.

L’initiative d’un service de garde bilingue avait été lancée il y a quelques années par la Fédération des associations des médecins généralistes de Bruxelles (FAMGB), le cercle agréé francophone bruxellois, qui souhaitait rénover son service de garde. Mais pour bénéficier du soutien financier de l’INAMI, il devait proposer d’emblée un service de garde bilingue. La FAMGB s’est donc tournée vers son pendant néerlandophone, le Brusselse Huisartsenkring. La petite centaine de membres s’est dite, pour la plupart, favorable à la proposition, qui lui promettait notamment d’être moins souvent de garde.

D’autres médecins, généralement plus âgés, se demandaient en revanche si le bilinguisme pourrait vraiment y être garanti. Il fallut un bon moment au Brusselse Huisartsenkring pour aplanir ce différend et approuver le projet.

L’an dernier, le BHAK a donc annoncé sa décision de rejoindre, dans le courant de l’année 2016, la Garde Bruxelloise/Brusselse Wachtdienst, le nouveau service de garde créé dans l’intervalle par les francophones près du boulevard Pachéco. Le cercle néerlandophone entendait néanmoins encore éclaircir certains points avant de fixer une date précise d’adhésion. « Nous avons obtenu les garanties supplémentaires que nous attendions. Vendredi dernier, la majorité des membres du BHAK ont dès lors décidé de commencer le 1er avril », a annoncé le docteur Anne Marie De Leenheer, présidente du BHAK. « Nous avons mis en place un test linguistique visant à mesurer le degré de bilinguisme des médecins et la coordinatrice du service de garde a suivi un cours intensif de néerlandais. Il a également été clairement convenu que lors de toutes les gardes officielles, à savoir les week-ends et jours fériés, il y aurait toujours au minimum un médecin bilingue en poste. Cette obligation ne s’applique pas en soirée et la nuit, mais ces périodes ne relèvent pas des gardes officielles : le soir, les patients doivent normalement pouvoir s’adresser à leur médecin traitant. »

Engagement informel

Pour les détracteurs du projet, ce modèle ne garantit pas qu’un patient néerlandophone pourra toujours être examiné dans sa langue. « Nous avons aussi des doutes quant à la stabilité financière de la Fédération des associations des médecins généralistes de Bruxelles. Et puis, nous ne comprenons pas non plus que les néerlandophones siégeant dans les organes de gestion du nouveau service ne disposent pas d’une majorité qualifiée leur permettant de prendre des décisions, mais uniquement d’une sorte de minorité de blocage. Les francophones peuvent imposer leur vision. Pas nous », a dénoncé le docteur Joost Rampelberg. « Voilà pourquoi nous allons contester la décision du BHAK devant la commission médicale provinciale, l’Ordre des médecins, l’INAMI et même auprès de la ministre de la Santé publique, Maggie De Block. »

De son côté, Terranova, le poste de garde des médecins généralistes néerlandophones créé il y a neuf ans sous l’impulsion du docteur Rampelberg et de quelques autres médecins néerlandophones, va poursuivre ses activités. L’ASBL s’était vue contrainte de quitter ses locaux de la rue des Cendres cet été, avant de trouver un accord, fin novembre, avec le Conseil d’administration de la VUB. Depuis le mois dernier, Terranova occupe les locaux du centre de médecine générale pour étudiants de l’avenue Henri Schoofs, à deux pas du campus d’Etterbeek. Les administrateurs ont reçu la promesse informelle que l’INAMI continuerait provisoirement à subsidier le poste de garde.

De Bettina Hubo pour Brussel Deze Week

Traduit du néerlandais par Laura Fontaine de Ghélin

Mots clés : ,

(c) Medisnet

Brussel Deze Week

Journal hebdomadaire néerlandophone bruxellois. Sa rédaction est commune à celle de TV Brussel et FM Brussel. Ces médias néerlandophones de la capitale sont réunis sous le portail brusselnieuws.be

Traducteur : Laura Fontaine de Ghélin
Auteur :