Daar Daar logo

« Voler le nom du Vooruit, c’est comme détourner un avion »

(cc) Zorgist via Pixabay

15 avril 2021

« Voler le nom du Vooruit, c’est comme détourner un avion »

Le parti socialiste flamand sp.a a officiellement changé de nom dimanche 21 mars, pour être rebaptisé « Vooruit » (qui peut se traduire en français par « en avant »). Le choix de ce nom avait fait polémique sachant qu’il s’agissait de celui du centre culturel gantois VOORUIT.

Temps de lecture: 2 minutes
Maxime Kinique
Traducteur Maxime Kinique

Dites au revoir au centre artistique Vooruit et bonjour au parti socialiste Vooruit, qui vient une nouvelle fois de faire peau neuve. Et si nous décidions d’arrêter de faire comme s’il était normal qu’un parti politique spolie le nom d’un centre artistique ? Comme si c’était un droit inné s’inscrivant dans l’ordre naturel des choses ?

Priver sans scrupules de son nom un centre qui reflète à ce point l’ADN d’une ville et qui a autant d’importance dans notre histoire sociale, cela ne va pas. La première métaphore qui me vient à l’esprit à l’évocation de cette situation, c’est un détournement d’avion. Si j’étais président d’un parti politique qui fait grand cas de la notion d’intégrité, je me serais abstenu de copier le nom « Vooruit ». Parce que vous avez « fait votre coup » sans concertation préalable avec le centre artistique gantois, mais surtout parce que vous vous êtes du coup affiché en public comme un profanateur qui n’a pas hésité à reprendre l’identité que quelqu’un d’autre s’était forgée depuis plus de cent ans.

« Le Vooruit a fini par devenir une personne »

J’ai bien dit quelqu’un et pas quelque chose, et c’est un choix délibéré de ma part. Tout comme LABIOMISTA est une œuvre d’art vivante, le Vooruit est un centre artistique vivant. Le Vooruit, c’est beaucoup plus qu’un élégant assemblage de briques abritant des scènes, des pompes à bière et des sièges. C’est le genre d’endroit où l’on vient vivre une expérience, c’est une source de créativité et d’idées, un espace de liberté et un vecteur d’inspiration et de joie. Depuis sa création, le Vooruit a vu des générations et des générations de visiteurs venir irriguer les veines de ses murs de sang, de vie, de rêves et de désirs, au point qu’il fait partie aujourd’hui de la mémoire collective de notre pays. Le Vooruit a fini par devenir une personne, avec un visage, une identité, une voix et un cœur. À l’image d’un parti politique, d’ailleurs, même si ce dernier change de temps à autre de peau et d’organes.

« Mélanger l’art et la politique est dangereux »

À mes yeux, le fait qu’un parti politique s’approprie le nom de ce centre artistique n’est pas acceptable, a fortiori dans un contexte de pandémie où le Vooruit doit faire face à de nombreux frais. Il reste à espérer pour cet emblème de la vie culturelle qu’il ne va pas se retrouver en situation d’endettement. En tout cas, j’ai vraiment hâte de découvrir son nouveau nom. L’âme d’un lieu est en effet intimement liée à son nom, et j’espère que cette nouvelle dénomination fleurera bon l’esprit de contestation.

Mélanger l’art et la politique est dangereux. Très vite, l’art risque d’être instrumentalisé au profit de certains agendas. Si vous prétendez être artiste, vous devez avoir conscience en permanence que l’essence de votre travail consiste à exprimer un point de vue sur la société. Vous devez bien savoir, également, vers quel cap vous devez naviguer afin de donner aux gens quelque chose qui leur permettra de ne pas se laisser submerger par les vagues du pouvoir et d’échapper à la puissance d’aspiration des institutions, des structures et des réseaux. En espérant qu’un beau jour, l’impensable devienne possible…

 

Pour en savoir plus :

https://www.vrt.be/vrtnws/fr/2020/11/23/le-centre-culturel-gantois-vooruit-va-changer-de-nom/

https://www.vrt.be/vrtnws/fr/2021/03/21/le-sp-a-s_appelle-desormais-vooruit-pour-rompre-avec-la-vieill/

 

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée