Daar Daar logo

Les fonctionnaires flamands en poste à Bruxelles n’habitent pas la capitale

Photo by Bogdan Todoran on Unsplash

15 janvier 2020

Les fonctionnaires flamands en poste à Bruxelles n’habitent pas la capitale

Temps de lecture: 3 minutes

La Flandre veut promouvoir Bruxelles en tant que lieu de vie, mais moins de 5 pour cent de ses fonctionnaires en poste à Bruxelles y ont élu domicile. « Ces dernières années, il est devenu plus facile de rester dans sa propre région. »

À peine 4,4 pour cent des fonctionnaires flamands qui travaillent à Bruxelles y habitent également

Le pourcentage de travailleurs des autorités flamandes résidant à Bruxelles stagne depuis une décennie, oscillant entre 4,1 et 4,5 pour cent des effectifs. Des chiffres évoqués par Benjamin Dalle (CD&V), ministre flamand en charge des affaires bruxelloises, en réaction à une série de questions d’Annabel Tavernier (N-VA). Le pourcentage évolue à peine. Pourtant, le gouvernement flamand tend à ériger Bruxelles au rang de ville où il fait bon vivre et travailler.

Environ 30 pour cent du personnel de la VGC vit dans les dix-neuf communes.

Ces chiffres contrastent avec ceux de la Commission de la communauté flamande (VGC), laquelle se bruxellise lentement mais sûrement. Environ 30 pour cent du personnel de la VGC vit dans les dix-neuf communes.

Pour en revenir aux fonctionnaires flamands, les raisons qui expliquent la stagnation sont multiples. « Le nombre total de fonctionnaires a diminué au cours des dernières années », précise Ilse Remy, syndicaliste au sein de la CSC Services publics. « Dans ce contexte, il est bien entendu difficile d’attirer de nouveaux habitants à Bruxelles. »

La nécessité de vivre près du lieu de travail est ainsi moins forte qu’auparavant.

Les nouvelles possibilités de travail à domicile et en bureau satellite jouent également un rôle. « Les autorités ont facilité les choses afin que les fonctionnaires puissent travailler de chez eux ou depuis un bureau de province », affirme Ilse Remy. « « La nécessité de vivre près du lieu de travail est ainsi moins forte qu’auparavant. »

La syndicaliste poursuit en soulignant que le vivier de recrutement de Bruxellois flamands n’est actuellement pas énorme par rapport au réservoir de ressources humaines disponible en Flandre. « Ajoutons à cela les prix élevés de l’immobilier à Bruxelles, et nous avons fait le tour des principaux facteurs. »

Bruxelles est parfois plus accessible depuis Louvain ou Malines que Tour et Taxis ne l’est depuis Uccle

Du côté de l’asbl Brukselbinnenstebuiten, un autre élément est pointé du doigt. L’association propose régulièrement des visites guidées aux travailleurs de l’administration flamande et organise par ailleurs des promenades résidentielles depuis des dizaines d’année à celles et ceux qui s’intéressent à la capitale.

« Les lieux de travail des autorités flamandes se trouvent relativement près des gares, ce qui fait que Bruxelles est parfois plus accessible depuis Louvain ou Malines que Tour et Taxis ne l’est depuis Uccle, » explique Anne Brumagne, coordinatrice.

Des propos confirmés par la syndicaliste Ilse Remy, qui nuance néanmoins. « À ce niveau-là, le bâtiment Herman Teirlinck (nouveau centre administratif du gouvernement flamand sur le site de Tour et Taxis, ndlr) déroge quelque peu à la règle. Il se situe à environ 20 minutes de marche de la gare. Pour des navetteurs qui passent parfois jusqu’à une heure et demi dans le train, 40 minutes supplémentaires pèsent énormément. Il y a des bus qui font la navette, mais ils sont vite pleins. »

Il faudrait peut-être tenter de convaincre davantage les jeunes fonctionnaires

Brumagne souligne que déménager à Bruxelles n’est pas une mince affaire pour les familles. « Il faudrait peut-être tenter de convaincre davantage les jeunes fonctionnaires. » Ilse Remy partage cet avis. « C’est principalement pour des raisons familiales que les travailleurs des autorités flamandes ne s’installent pas à Bruxelles. »

Un pays à la mesure des navetteurs

Outre la proximité des gares, il convient de mentionner la géographie du réseau ferroviaire belge. Les lignes les plus importantes ont en effet toutes Bruxelles pour terminus, conformément aux besoins des navetteurs.

les pouvoirs publics ont incité les citoyens à rester dans leur région d’origine

Au cours des 70 dernières années, les pouvoirs publics ont incité les citoyens à rester dans leur région d’origine et à ne pas déménager en ville. Les lois De Taeye (du nom de ministre CVP Alfred De Taeye, en 1948), qui impliquaient la construction de dizaines de milliers de logements modestes et abordables, demeurent la dérive la plus connue de cette stratégie.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée