DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Compteurs CO2 en classe : le raisonnement absurde du ministre flamand de l’Enseignement
01·09·21

Compteurs CO2 en classe : le raisonnement absurde du ministre flamand de l’Enseignement

Temps de lecture : 2 minutes Crédit photo :

(cc) Pixabay

Bart Eeckhout
Auteur
Fabrice Claes
Traducteur Fabrice Claes

Le gouvernement flamand aurait pu s’épargner bien des soucis. Si seulement un scélérat n’avait pas eu l’idée saugrenue de mesurer la qualité de l’eau, du sol et de l’air à Zwijndrecht ! Personne n’aurait jamais su que le sol était pollué. Et puis, pourquoi aurait-on envie de le savoir ? Aucun instrument de mesure n’a jamais permis à une poule de pondre des œufs plus sains !

Ce raisonnement légèrement absurde, c’est précisément celui du ministre flamand de l’Enseignement, Ben Weyts (N-VA), qui s’échine à défendre son indulgence par rapport à l’utilisation de compteurs de CO2 dans les salles de classe. « Que les choses soient claires : un compteur de CO2 détecte le problème, mais il ne le résout pas », a expliqué le ministre sur les ondes de la VRT. Euh, en effet, les choses sont claires, merci Monsieur le Ministre.

Ne pas trop en savoir

Donc, pour le gouvernement, mesurer, c’est en savoir trop. Dans ce cas, continuons sur cette lancée et adaptons notre manière de faire de la politique à ce nouvel adage. Les contrôles permettent de déceler des cas de fraude, mais ils n’y mettent pas fin. N’est-il pas temps de supprimer ces contrôles ? Puis, pourquoi M. Weyts perdrait-il son temps à faire passer des tests linguistiques en fin de maternelle ? A-t-on jamais vu un enfant parler mieux néerlandais après avoir passé un test ?

Trêve de plaisanteries : il va de soi que les compteurs de CO2 s’avèrent bien pratiques quand il s’agit de savoir si l’air est sain dans un lieu clos et si ce lieu est suffisamment aéré pour que le (corona)virus ne se propage pas. Il a fallu un peu de temps, mais quasiment toute la communauté scientifique est d’accord sur ce point : la ventilation est un élément crucial de la lutte contre la pandémie, et a fortiori face au variant delta, plus contagieux que les autres. Si nous voulons que la société reste ouverte, la prudence est de mise face à ce variant, malgré la vaccination de la majorité des adultes flamands.

Mesurer ne résoudrait rien

Les arguments avancés pour ne pas rendre obligatoires les compteurs de CO2 dans les salles de classe sont aussi invalides que ridicules. Les compteurs feraient peur aux enfants. Ah bon… Et mesurer ne résoudrait rien. Ah… Non, la véritable raison de la tiédeur de nos autorités dans cette histoire de compteurs de CO2, c’est qu’elles savent pertinemment bien que les résultats risquent d’être particulièrement fâcheux. Les mesures pourraient révéler que l’air respiré dans un local confiné ou dans un préfabriqué étriqué n’est pas sain du tout. Et pour ne pas en arriver à cette conclusion, on préfère ne pas mesurer. Comme le dit un proverbe flamand, ce qui ne se sait pas ne peut pas nuire. C’est devenu le nouveau slogan du ministère de l’Enseignement.

L’argument du ministre, à savoir que les compteurs de CO2 n’améliorent pas la santé, n’est donc pas valide. En effet, des résultats négatifs permettraient d’assainir à temps l’environnement des écoles, sous la pression de la société. De la même manière que des contrôles sérieux sur les routes contribuent à un meilleur comportement au volant. À l’étranger, on admire la Belgique pour ses contrôles de la ventilation dans les lieux publics. Mais visiblement, l’école, elle, est soumise à d’autres règles.

Partager :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée