Daar Daar logo

Vaccination : la mollesse de Wouter Beke face au fiasco européen

Image par Myriams-Fotos de Pixabay

25 février 2021

Vaccination : la mollesse de Wouter Beke face au fiasco européen

Temps de lecture: 3 minutes

Il est colère, Wouter Beke. Et c’est normal : un ministre agacé ne peut pas supporter que le Big Pharma ne tienne pas ses promesses à propos de la livraison des vaccins. Bien sûr, il ne faut pas s’imaginer un Wouter Beke qui claque les portes et qui serre les poings en fulminant comme un taureau. Les chrétiens-démocrates de la trempe de Koen Geens qui, après le « coup de sabot » de Paul Magnette, s’est emporté en clamant que le CD&V n’était pas le torchon de la rue de la Loi, sont une espèce rare. Pourtant, de la colère, Beke a bien dû en ressentir, car s’il n’y a pas de quoi le crucifier pour ces problèmes de livraison, c’est bien à lui de porter la croix.

Qu’est-ce qu’on aimerait entendre, rien qu’une fois, Wouter Beke fulminer comme un taureau

Mais qu’est-ce qu’on aimerait entendre, rien qu’une fois, Wouter Beke fulminer comme un taureau plutôt que d’exprimer presque d’un simple haussement d’épaules sa colère vis-à-vis de la stratégie européenne et de l’imprévisibilité des producteurs. Qu’est-ce qu’on aimerait le voir appeler son vieil ami à l’Europe, Charles Michel, pour taper du poing sur la table. Même Guy Verhofstadt, le plus europhile des Européens, ne mâche pas ses mots face à la stratégie du vieux continent : c’est un fiasco !

La conséquence fâcheuse de ce fiasco, c’est que les plus de 65 ans devront attendre fin mars, plutôt que début mars, pour faire la file en vue de recevoir l’injection salvatrice. Et encore, si rien ne cloche d’ici là. Voilà de quoi se fâcher d’autant plus quand on voit la seule et unique perspective que nous ont présentée lundi les modèles mathématiques. Les plus de 65 ans constituent une catégorie vulnérable de notre société. Leur sécurité est essentielle si nous voulons rouvrir la porte vers la liberté.

c’est un fiasco !

Les citoyens aussi, ont de quoi être en colère. Contre l’Europe qui, avec condescendance, a accompagné les Britanniques vers la porte de sortie en pensant : « Bon débarras ! » Les Britanniques vont bientôt rouvrir les portes de la vie normale, du moins d’après les critères belges. De ce point de vue-là, ils n’ont pas de leçons à nous donner. Mais avec les vaccins qui sont à la fois fournis et administrés, la lumière semble briller bien plus fort de l’autre côté du tunnel sous la Manche.

Il y a de quoi être en colère quand on voit les accrocs qui ont émaillé le lancement de notre propre campagne de vaccination et qu’on a appelés, par euphémisme, des maladies de jeunesse. Les rares vaccins dont nous disposons n’ont pas tous pu être administrés à cause de dysfonctionnements de l’administration ou d’un logiciel. Petite liste non exhaustive : des invitations envoyées trop tard ou aux mauvais destinataires, ou à des membres du personnel soignant qui ont déjà reçu le vaccin mais n’ont pas été enregistrés. La prise d’un nouveau rendez-vous après une annulation s’est avérée trop difficile pour que certains acceptent de s’en charger. La méfiance envers le vaccin d’AstraZeneca est telle que les prestataires de soins menacent de faire grève si on leur administre le loser des vaccins. Les convocations font peur aux personnes vulnérables. Le courrier est tellement mal rédigé qu’il a fallu appeler l’auteur retraité Jan Hautekiet à la rescousse pour rédiger une lettre suffisamment claire à lire. Pourtant, la communication, c’est l’atout numéro un d’une campagne de vaccination réussie.

Les rares vaccins dont nous disposons n’ont pas tous pu être administrés à cause de dysfonctionnements de l’administration ou d’un logiciel

On s’emporterait pour moins, à la vue de toutes ces nouvelles, un jour à peine après qu’on nous a tendu un brin d’espoir auquel se raccrocher, et que le fils du vaccinologue Pierre Van Damme a annoncé l’organisation d’une grande « Fête de la libération » en juin. En attendant, regardons la météo. Car le ciel, lui au moins, est clair.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée