Daar Daar logo

Le sapin de Noël s’invite chez les musulmans

(cc) Pixabay

23 décembre 2019

Le sapin de Noël s’invite chez les musulmans

Temps de lecture: 2 minutes

Le sapin de Noël, tradition d’origine germanique, gagne en popularité dans des sphères inattendues. Si l’arbre décoratif est associé depuis des siècles à la chrétienté, il se trouve que de plus en plus de musulmans en dressent un dans leur salon. « Un tel boom s’explique par des raisons de convivialité », précisent les experts. « Aucun rapport avec la religion. »

Il suffit de jeter un œil à l’intérieur des salons ou des commerces habités ou tenus par des musulmans : le sapin de Noël gagne sans cesse du terrain. Paré de boules par-ci, orné de guirlandes par-là, et toujours chargé de loupiotes. L’arbre semble ainsi renouer avec son statut d’origine, à savoir celui de symbole non religieux. Il a beau faire partie du paysage depuis le début de notre ère, ce n’est qu’au dix-neuvième siècle qu’il s’est vu affublé d’une connotation chrétienne.

Saïd Aberkan est consultant en Islam. Dans les écoles et auprès des jeunes générations de musulmans, entre autres, il constate une fascination grandissante à l’égard du sapin de Noël. « Je mène un projet dans l’enseignement et remarque qu’à cette période de l’année, c’est un sujet qui revient beaucoup, tant chez les professeurs que chez les élèves. Je reçois des questions à ce propos. On me demande si c’est permis, quelles sont les règles en la matière. Ma propre fille m’en parle. Cette année, elle m’a demandé pour la première fois si l’on pouvait avoir un sapin de Noël à la maison. Elle en voit à l’école et cela lui plaît. »

L’amour du prochain

Concernant les règles, Aberkan est catégorique : il n’y en a pas. « Il est faux de dire que nous voyons le sapin de Noël comme une tradition exclusivement réservée aux chrétiens croyants. Cela fait bien longtemps que la croyance n’est plus un prérequis pour en mettre un. Les musulmans sont également de cet avis. La religion n’a rien à voir là-dedans. C’est une question de convivialité. D’ambiance. D’appartenance sans croyance. Il n’y a rien de mal à cela. » Et les cadeaux ? Autorisés, eux aussi. « Le prophète nous dit : faites-vous des cadeaux. Afin de manifester notre amour les uns envers les autres. L’échange de cadeaux renforce la fraternité. Pourquoi donc ne pas s’y adonner en cette période ? »

Saint-Nicolas et Black Friday

Si ce sont principalement des jeunes gens qui succombent au charme du sapin de Noël, c’est parce qu’ils sont également sensibles à d’autres traditions occidentales, à en croire Fouad Gandoul, politologue et islamologue. « En hiver, les jours de fêtes vont de pair avec des actions commerciales tels que le Black Friday ou le Cyber Monday. Sans oublier la Saint-Nicolas et la période de fin d’année. Les jeunes musulmans y sont confrontés. Ils suivent la tendance. D’autant plus que les références chrétiennes qui sont associées au sapin de Noël se sont estompées. Dans une large mesure, la fête s’est même débarrassée du carcan religieux. »

Des propos approuvés par Herman Konings. Le psychologue de la consommation voit des jeunes musulmans grandir avec des traditions comme la Saint-Nicolas, et il n’est dès lors pas illogique qu’ils adoptent l’habitude d’avoir un sapin de Noël. « J’observe surtout cette tendance chez les musulmans de deuxième ou troisième génération. Ils baignent dans l’ambiance de Noël durant tout le mois de décembre. À force, cela les titille et finit par les conditionner. En l’occurrence, la croyance n’a aucun rôle à jouer. Il en va tout bonnement de la convivialité. »

Mots clés :
© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée