Daar Daar logo

14 août 2018

Antwerp Pride : la parade entachée d’une nouvelle agression homophobe

Temps de lecture: 3 minutes

La violence aveugle ciblant les homosexuels a encore frappé. Dans le centre-ville d’Anvers, deux homophobes ont asséné des coups à Noël, âgé de 39 ans, le qualifiant au passage de « sale tapette ». L’agression s’est notamment soldée par une épaule déboîtée. « Que ces faits aient lieu durant le festival est d’autant plus triste », se confie la victime au quotidien Het Nieuwsblad.

Avec une affluence estimée entre 60 000 et 90 000 participants, la onzième édition de l’Antwerp Pride Parade était, avant même la journée de clôture de l’évènement, d’ores et déjà un succès. « Je suis très satisfait de ces chiffres », se félicite Wilfried Eetezonne, porte-parole. « À travers la communauté holebi et transgenre, nous organisons une fête destinée à tous les Anversois. Nous nous réjouissons de la diversité existante tout en tendant la main à d’autres communautés. Tout le monde est le bienvenu. Malheureusement, l’agression perpétrée cette semaine à Gand nous rappelle qu’il est encore et toujours nécessaire d’insister sur l’égalité de traitement à l’égard des holebis et des transgenres. »

La semaine dernière, deux Gantois ont en effet subi de violents coups de leurs voisins qui ne supportaient pas leur orientation sexuelle. Les auteurs ont été arrêtés.

Des informations pas tout à fait correctes

D’après les instances officielles, la parade anversoise s’est déroulée relativement sans heurts. « Aucun incident au cours du défilé n’est à déplorer. En revanche, un homme ayant proféré des menaces sur Twitter a été interpellé », selon les mêmes sources. L’internaute âgé de 21 ans avait publié une image où il était question « d’abattre toutes les pédales ». Arrêté, le jeune homme a depuis lors comparu devant un juge d’instruction. À noter qu’il était également en possession d’une croix gammée, d’un poing américain et de couteaux interdits.

« Il s’agit seulement de pouvoir être soi-même en toute sécurité et librement », a déclaré Bart De Wever (N-VA), bourgmestre d’Anvers, depuis la Pologne à propos de la Pride Parade organisée dans sa ville. Reste que d’après nos informations, des incidents ont bel et bien eu lieu lors de la parade.

Vendredi soir, dans le sillage de la fête «Roof of Love », Noël, un Anversois de 39 ans, aurait été victime de gay bashing. Un incident confirmé par le principal intéressé auprès de notre rédaction. « Vers vingt-trois heures, j’ai quitté la fête puis, soudain, sur le coin de la Keyserlei, on m’a lâchement attaqué par derrière. » Noël fait état d’au moins deux agresseurs. « Ils m’ont qualifié de sale tapette et m’ont frappé au sol », précise-t-il. « Je me suis alors mis en position fœtale en espérant que cela cesse au plus vite. Ils ont également tenté de me voler, mais ont pris la fuite lorsque des passants ont commencé à crier.

Noël n’a pu voir les visages des agresseurs homophobes. Mais leur intention de frapper fort ne fait aucun doute, comme en témoignent les traces de coups de pieds retrouvées sur ses vêtements.

Passage à tabac

« Ensuite, j’ai été transféré en ambulance vers l’hôpital Stuivenberg, où la police était censée prendre ma déposition. » Or à son grand regret, les agents ne sont finalement pas venus, malgré son épaule disloquée et ses nombreuses écorchures.

« Je serai prochainement convoqué pour une audition », poursuit-il. Avant-hier, l’homme était encore secoué par la violence subie. « Ces quatre jours symbolisent une période de l’année où les homos peuvent se promener main dans la main à Anvers plus tranquillement que d’habitude. Que cette agression survienne précisément à ce moment, c’est intolérable. »

Samedi, la police anversoise a confirmé l’incident en tant que tel et enquête à présent sur le caractère homophobe de celui-ci. « La victime sera soigneusement entendue dans les jours à venir. S’il est bel et bien question de violence homophobe, les faits seront bien entendu gravement répréhensibles. »

 

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée