Daar Daar logo

Tax Shift: « Charles Michel doit rétablir la confiance »

Photo: MvanWunnik

26 août 2015

Tax Shift: « Charles Michel doit rétablir la confiance »

Temps de lecture: 3 minutes
Fabrice Claes
Traducteur Fabrice Claes

Le gouvernement fédéral souhaite tourner la page. En ce qui concerne le tax shift surtout, tous les partis de la majorité, CD&V en tête, sont en mesure de marquer des points. C’est en effet dans les prochaines semaines que le gouvernement devra traduire les décisions en mesures concrètes, ce qui donnera aux chrétiens-démocrates l’occasion de mettre l’accent sur les changements qu’apporte chacune de ces mesures. Y compris pour le fameux « saut d’index » sur l’électricité.

Non, le kern qui s’est réuni pour discuter de l’attentat déjoué dans le Thalys n’aura pas été la scène de joyeuses retrouvailles. Certainement pas pour les vice-premiers ministres Kris Peeters (CD&V) et Alexander De Croo (Open VLD), dont les regards ont eu peine à se croiser.

Le CD&V, par la voix de Kris Peeters, a indiqué que « Charles Michel doit rétablir la confiance » au sein du kern. Une demande confirmée par l’autre figure de proue du parti, Koen Geens. Reste à savoir ce que « rétablir la confiance » signifie à leurs yeux. Ce qui est clair, par contre, c’est que le récent tax shift, et surtout les fuites qui ont suivi l’accord, restent en travers de la gorge du CD&V.

Les chrétiens-démocrates ont dû essuyer de nombreuses critiques de la part de leur base. Mais le différend né de la fuite des positions du CD&V peu après la négociation marathon au sujet du tax shift reste une question très sensible, l’Open VLD étant accusé de manque de loyauté.

Au sein du gouvernement, on aimerait surtout tourner la page. Sur Radio 1, le vice-Premier ministre Jan Jambon (N-VA) a fait savoir qu’on ne peut pas rester sans rien faire. Jan Jambon et Kris Peeters entretiennent de bonnes relations, malgré la divergence des opinions que chacun a défendues bec et ongle au cours des négociations sur le tax shift. Kris Peeters a par ailleurs affirmé au quotidien Le Soir que « Jan Jambon lui avait juré qu’il n’était pas l’auteur des fuites. » Entre Peeters et De Croo, par contre, les relations sont nettement plus tendues.

Pour Jan Jambon, « le premier ministre doit prendre des initiatives afin de mettre fin à ce différend. » Pour la N-VA, il doit être confortable, pour une fois, de ne pas être en conflit avec le CD&V. Les nationalistes flamands tiennent en effet à éviter à tout prix de jouer les faiseurs d’embarras après les nombreux tracas qu’ont causés leurs constantes frictions avec les chrétiens-démocrates.

Pour Peeters et Cie, c’est le moment

Le CD&V doit marquer des points tout en assurant un retour au calme. Pour ce faire, il existe une solution : le tax shift même. « Nous allons tâcher de bien expliquer les nombreuses retombées positives du tax shift. Il faudra faire de la pédagogie », explique une source proche du dossier. Et un technicien d’ajouter : « Dans les prochaines semaines, le tax shift devra se traduire en mesures concrètes. Lorsque ces mesures engendreront des effets positifs, il faudra les élaborer et bien les expliquer. » En d’autres termes, c’est le moment pour le CD&V d’engranger quelques trophées.

Quels trophées ? Cela reste à voir. « Il va d’abord falloir discuter en kern, puis en Conseil des ministres, car il y a encore pas mal de détails à régler en ce qui concerne ce tax shift. Et depuis l’accord, force est de constater que personne n’a encore mentionné quoi que ce soit à ce sujet. Les ministres, en vacances, ne se sont plus concertés, et tout le monde n’a pas encore pris position. Il est trop tôt. »

Devoirs de vacances

Le sujet le plus sensible dans ce dossier est la compensation du mini-saut d’index à la suite de l’augmentation de la TVA sur l’électricité. Le gouvernement a en effet décidé d’augmenter la TVA sur l’électricité de 6 à 21 pour cent. La question est de savoir s’il faut compenser ce qui, à l’époque, constituait un saut d’index déguisé. Ces 600 millions d’euros de gagnés pour l’État représentent 0,42 pour cent d’indexation, ce qui n’est pas rien. C’est une source au sein du gouvernement qui l’affirme : « Nous allons veiller à ce que l’addition ne soit pas trop salée. »

Quoi qu’il en soit, les partis doivent encore faire leurs devoirs en interne avant la rentrée. Que ce soit à la N-VA, à l’Open Vld, au CD&V ou au MR, tout le monde rentre petit à petit de vacances. Ainsi, Bart De Wever a rassemblé ses troupes afin qu’elles accordent leurs violons avec les ténors du parti. Dès la semaine prochaine, ce sera au gouvernement fédéral de dissiper les derniers malentendus et de préparer le terrain afin que la mise en œuvre du tax shift se fasse sans encombre.

Wouter Verschelden

Traduit du néerlandais par Fabrice Claes.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée