Daar Daar logo

13 décembre 2017

Siegfried Bracke a-t-il encore envie? Et qui a encore envie de lui?

Temps de lecture: 2 minutes
Fabrice Claes
Traducteur Fabrice Claes

Le week-end dernier, lors d’un débat, Sigfried Bracke a annoncé qu’il pourrait arrêter la politique. « Ceci dit, a-t-il précisé, si le parti me le demande, je prendrai mes responsabilités. » Mais lorsqu’on interroge les membres de la N-VA de Gand, on apprend que c’est plutôt l’inverse : « Bracke adorerait continuer, mais il sent bien qu’on ne lui attribuera plus de rôle de premier plan. »

Sigfried Bracke, président de la Chambre et ancienne figure de proue de la N-VA, arrête la politique. Du moins, « si cela ne devait dépendre que de lui », a-t-il fait savoir lors d’une soirée-débat. « Rien n’a encore été décidé, a-t-il souligné ensuite. Je fais partie d’un groupe et je prendrai mes responsabilités dans ce groupe. »

Bracke a perdu des plumes

En tout cas, ce groupe est loin de rappeler M. Bracke à l’unisson. « C’est à Siegfried de faire ses choix », nous explique-t-on du côté de la N-VA gantoise. Nous n’avons trouvé qu’un seul membre du parti qui se range clairement du côté du président de la Chambre : « C’est le seul leader à Gand. » Autant dire que M. Bracke ne bénéficie pas du soutien débordant des siens, malgré les 8 750 voix qui lui ont valu la troisième place du podium aux dernières élections communales, après l’Open Vld Mathias De Clercq (11 088) et le très populaire bourgmestre sp.a Daniël Termont (44 561). Il faut dire que depuis lors, Siegfried Bracke a perdu de nombreuses plumes, à telle enseigne qu’en 2016, la direction de la N-VA était à la recherche d’une alternative à l’ancien journaliste de la VRT. M. Bracke avait attaqué de front le bourgmestre Termont pendant l’affaire PubliPart, mais il a dû faire un pas de côté lorsqu’on a remarqué qu’il siégeait lui-même au conseil consultatif de Telenet. Depuis, c’est l’ancienne secrétaire d’État, Elke Sleurs, qui est aux commandes de la N-VA gantoise.

De là à s’en débarrasser publiquement, il y a un pas que personne ne veut franchir. « Siegfried est suffisamment intelligent pour capter les signaux. À condition qu’on lui en ait déjà envoyé », explique un conseiller communal.

Une autre source ne croit pas beaucoup au dégoût de Siegfried Bracke envers la politique. « Il se verrait bien rempiler pour un rôle de premier plan, nous affirme cette source. Il se positionne pour pouvoir dire qu’il choisit d’arrêter, alors qu’il est effectivement poussé vers la sortie. Bracke est grillé. On le remarque bien quand on discute avec les Gantois. »

Peter Dedecker s’en va aussi

Elke Sleurs s’affaire désormais à constituer sa liste à Gand, et de nombreuses places restent encore à pourvoir, comme celle du député Peter Dedecker, bien connu dans le dossier Arco, qui a également annoncé son retrait de la vie politique. L’ingénieur retourne dans le privé, sans toutefois quitter parti.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée