Daar Daar logo

(cc) Pixabay

10 octobre 2018

Anvers, Gand, Ostende ou Louvain: les (gros) enjeux électoraux des partis flamands

Tous les mercredis, notre responsable éditoriale, Joyce Azar, propose dans l’émission Matin Première une chronique vue de Flandre. Une porte ouverte sur l’actualité du nord du pays.

Joyce Azar
Auteur

A quelques jours du scrutin communal, les partis flamands placent leurs derniers pions pour s’assurer la plus large victoire possible. Et c’est dans les villes que la bataille électorale semble plus que jamais se jouer. 

Les débats se sont succédés ces derniers jours sur les chaînes de télé flamandes, avec à l’avant plan, Anvers, où le suspense est à son comble. D’après les derniers sondages, le bourgmestre Bart De Wever n’est effectivement pas assuré de reconduire sa coalition avec le CD&V et l’Open VLD. 

Mais il n’y a pas qu’à Anvers que les élections promettent d’être passionnantes. Ce sera également le cas à Gand, où jusqu’ici la coalition menée par le cartel SP.A/Groen et l’Open VLD était bien partie pour être prolongée. Mais c’était sans compter le récent scandale des logements sociaux insalubres. 

A Louvain, le candidat socialiste Mohamed Ridouani, issu d’une famille ouvrière d’origine marocaine, pourrait représenter tout un symbole s’il venait à être élu bourgmestre. A Ostende ou à Bruges, le mayorat sp.a pourrait être mis à mal par les autres partis traditionnels, alors qu’à Ninove, le candidat Vlaams Belang se voit déjà devenir le premier bourgmestre d’extrême droite du pays. 

Tous les détails dans la chronique de Joyce Azar sur La Première. 

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée