DaarDaar

Le meilleur de la presse
flamande en français

Les pédophiles méritent une seconde chance, mais…
24·06·22

Les pédophiles méritent une seconde chance, mais…

Dimitri Antonissen est rédacteur en chef adjoint du quotidien Het Laatste Nieuws.

Un pédiatre de 50 ans et habitant Veldegem a été arrêté et placé en détention la semaine dernière pour suspicion de voyeurisme et possession de pédopornographie. D’après les informations de la VRT, l’homme était également actif comme entraîneur dans un club de gymnastique. Plus d’infos ici.

Temps de lecture : 2 minutes Crédit photo :

Photo by Christina Boemio on Unsplash

Virginie Dupont
Traductrice Virginie Dupont

Cela va-t-il de soi qu’on n’autorise plus un individu arrêté pour pédopornographie à travailler avec des enfants ?

Comment un homme qui a été poursuivi pour pédopornographie il y a vingt ans peut-il encore travailler comme pédiatre et entraîneur de gymnastique ? Nous devons éviter de lancer une chasse aux sorcières, et une peine de prison n’est pas la réponse la mieux adaptée à un individu qui se sent sexuellement attiré par des mineurs. Mais cela signifie-t-il pour autant qu’il ne peut plus remplir une fonction qui implique des contacts (physiques) fréquents avec des enfants ?

Tout d’abord, le pédiatre de Veldegem, en Flandre occidentale, est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie. Mais les indices ne sont pas anodins. Les enquêteurs ont découvert des enregistrements réalisés en douce de ses patients sur son ordinateur. Et ce n’est pas tout : l’homme a déjà comparu devant la justice il y a vingt ans pour détention de matériel pédopornographique. Le juge avait alors considéré les faits comme prouvés, mais avait accordé au médecin la faveur d’une « suspension de peine ». Par conséquent, les faits ne sont jamais arrivés jusqu’à l’Ordre des médecins et il a pu continuer à exercer comme si de rien n’était – « Presque tous les enfants de la commune allaient chez le docteur Jan ».

Des adolescents piègent un pédophile flamand et publient les images sur YouTube

Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open Vld) souligne que cette situation n’est plus possible et que ces informations doivent désormais être partagées avec l’Ordre par le pouvoir judiciaire. Une telle directive a également été élaborée pour l’enseignement en 2018. Ainsi, les écoles peuvent être informées par le parquet dès l’ouverture d’une enquête préliminaire pour pédophilie, et un enseignant peut être suspendu à titre préventif.

« Devons-nous attendre qu’un enfant soit appâté dans une voiture avec des bonbons ? »

Pourtant, des inquiétudes subsistent. Le club de gymnastique où Jan D.V. était entraîneur a appris toutes ces informations par la presse. Transmission par la justice : zéro. Mais surtout : combien de pédiatres, d’enseignants et d’entraîneurs de jeunes ont vu leur peine suspendue dans des affaires de pédopornographie ces dernières années ? Des affaires dont les faits sont antérieurs à la transmission de ces informations par le tribunal ? La sécurité des enfants est suffisamment importante pour qu’on se plonge dans les archives judiciaires et s’assure que ces informations soient partagées avec les bonnes personnes et autorités. Ou devons-nous attendre – comme ça semble être le cas dans cette affaire – qu’un enfant soit appâté dans une voiture avec des bonbons ?

Ça ne signifie pas forcément que l’individu en question soit démis de ses fonctions. Bien sûr, certaines personnes réussissent à se faire soigner et à maîtriser leur compulsion. Mais le fait qu’une direction d’école, un club de sport ou l’Ordre des médecins soit informé de la situation afin d’y accorder une attention particulière ne semble pas être un luxe superflu dans des cas aussi graves. Les pédophiles méritent une seconde chance. Mais avec toute la prudence requise, afin que les enfants ne soient pas les victimes.

Un acteur et échevin N-VA cité dans une affaire de pédopornographie

Partager :
Mots clés :
© DaarDaar ASBL 2021 - Mentions légales - Vie Privée