Daar Daar logo

29 avril 2021

L’Agneau Mystique, un chef-d’œuvre hors de prix (pour les plus démunis)

Temps de lecture: 3 minutes

Le tout nouveau centre de visiteurs dédié à l’Agneau Mystique rencontre un franc succès. Dans un cadre architectural d’exception, les amateurs d’art peuvent désormais mieux comprendre, grâce à la réalité augmentée, l’histoire mouvementée du célèbre retable. Les nouvelles parois en verre rendent également mieux justice à la beauté extraordinaire des couleurs des panneaux restaurés. Mais si les réservations affluent, la visite n’est pas à la portée de toutes les bourses.

En comparaison avec le tarif antérieur (4 euros), le prix du ticket pour admirer le chef-d’œuvre des frères Van Eyck est élevé : 15 euros. Pour les personnes qui ne veulent pas profiter de la réalité augmentée dans la crypte, d’autres formules donnent un accès immédiat à l’œuvre pour la modique somme de 12,5 euros. Tout de même trois fois le prix du tarif original, même pour les visiteurs qui ne veulent pas utiliser le nouveau gadget numérique. Une augmentation douloureuse, a fortiori pour les nombreux Gantois en situation précaire.

La pauvreté touche pas moins de 15% de Gantois

Selon les données officielles de 2018, 15,5 % des habitants de la ville, soit quelque 40 000 personnes, vivent dans la pauvreté. Or, pour l’heure, le site Web ne fait mention d’aucun tarif préférentiel. Comment ces gens pourraient-ils s’acheter une entrée ? Il existe pourtant de nombreuses initiatives en Flandre qui permettent aux personnes défavorisées de participer aux activités culturelles (tarif social Uitpas, programme « Iedereen Verdient Vakantie », etc.), mais aucune ne figure sur le site officiel.

Pour les écoles, qui doivent composer avec un budget limité pour leurs excursions, la visite pose également problème. Les enfants de 12 ans ou moins payent 8 euros en groupe alors que leurs camarades plus âgés payent 12,5 euros. Et s’il faut encore y ajouter un billet de train, il ne reste plus grand-chose pour le reste de la journée.

À qui s’adresse-t-on, au juste ?

Ce montant peut aussi peser lourd dans le budget des étudiants gantois. Enseignant en histoire de l’art (Kask/Hogent), je consacre chaque année plusieurs séances aux peintres primitifs flamands, et plus particulièrement à Jan van Eyck. J’espère, au fond de moi, que ces interventions inciteront mes étudiants à aller voir l’Agneau Mystique de leurs propres yeux. Mais beaucoup d’entre eux peinent à joindre les deux bouts et ce n’est donc pas possible. Car non, il n’y a pas non plus de tarif étudiants…

Dès lors, une question se pose : qui est le public-cible ? Vu les prix : les touristes (étrangers). Pour un voyageur en city-trip, 15 euros reste un montant raisonnable : le guide touristique vante les mérites de l’Agneau mystique, il reste une après-midi à combler avant le départ, alors pourquoi s’en priver ?

Il est de temps de lancer le débat

Ces tarifs reflètent un débat plus fondamental que nous devons entamer à Gand et en Flandre. Souhaitons-nous rendre notre patrimoine culturel accessible au tourisme international uniquement, ou également à la population locale ? Le nouveau centre de visiteurs a certes été un énorme investissement pour la fabrique d’église, la ville de Gand et le gouvernement flamand, et il est tout à fait logique que cet investissement soit rentabilisé. Mais faut-il nécessairement le faire au détriment de la population locale ?

La valeur de l’Agneau mystique est inestimable. Mais à ces tarifs, l’œuvre est également inaccessible pour certains. Pourquoi ne pas proposer un tarif social pour les personnes en situation de pauvreté ? Pourquoi n’y a-t-il pas de véritable réduction de groupe pour les écoles ? Pourquoi les étudiants ne bénéficient-ils pas d’une réduction ? Pourquoi pas d’entrée gratuite le dimanche matin pour les Gantois, comme c’est le cas dans de nombreux autres musées de la ville ? Pourquoi ne pas proposer un abonnement « Amicale de l’Agneau Mystique » aux passionnés de culture ?

Je n’entends pas livrer ici de réquisitoire contre le tourisme. Il ne fait aucun doute que le tourisme de qualité dynamise la vie urbaine. Du reste, l’Agneau Mystique est un patrimoine culturel mondial et appartient à toutes et tous : tant aux Gantois qu’aux visiteurs d’un jour qui veulent admirer ce polyptyque. Mais son accessibilité doit elle aussi être universelle : tout le monde doit pouvoir venir s’émerveiller devant ce chef d’œuvre, quelle que soit la situation financière des uns ou des autres.

Mots clés :
© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée