Daar Daar logo

La mesure anxiogène du bourgmestre de Coxyde

Image Wikicommons

26 janvier 2016

La mesure anxiogène du bourgmestre de Coxyde

Temps de lecture: 2 minutes
Koen Vidal
Auteur
DaarDaar
Traducteur DaarDaar

Le bourgmestre Open VLD de Coxyde, Marc Vanden Bussche, veut interdire aux demandeurs d’asile l’accès à la piscine de sa commune. Un réfugié aurait reluqué des baigneurs . Samedi, un autre demandeur d’asile a été appréhendé pour attouchements sur mineure.

Soyons clair : quiconque importune ou maltraite des femmes ou des filles se rend coupable d’un grave délit et mérite d’être sanctionné en conséquence. Il n’y a pas de marge possible.

Mais peut-on punir 300 demandeurs d’asile et leurs enfants parce qu’un seul type n’a pas pu garder ses mains dans ses poches ? Bien sûr que non. Tout comme on ne retire pas le permis de conduire à tous les chauffeurs de poids lourds parce qu’un camionneur ivre a fait un délit de fuite. Ou comme on ne donne pas à tous les footballeurs de La Gantoise un carton rouge lorsque l’un d’eux a été assez bête pour insulter les homosexuels.

Ce que Marc Vanden Bussche fait est juridiquement irrecevable et il le sait pertinemment. Pourquoi dès lors une telle interdiction ? Pour décrocher quelques voix supplémentaires ? À moins qu’il ne veuille jeter le discrédit sur le centre d’asile pour faire aboutir son projet de construction de bâtiments communaux flambant neufs sur le site ?

Il est navrant que des gens comme lui n’aient pas davantage de sagesse et d’humanisme. Car un tel positionnement à de quoi interpeller. Un bourgmestre qui extrapole en associant un acte de violence sexuelle isolé à un groupe entier de demandeurs d’asile crée une atmosphère de peur et de malaise.

C’est d’autant plus regrettable qu’à Coxyde, l’intégration du centre d’asile se passait relativement bien. Mieux même : l’organisation locale Zebrapad était parvenue à engager les habitants en faveur des réfugiés. Ils étaient nombreux à leur apporter des jouets, des jeux de société et des vêtements.

Ce genre de petit réseau fait non seulement plaisir à voir, mais il a aussi son utilité. Contrairement à Monsieur Vanden Bussche, les membres de Zebrapad bénéficient d’une ligne de communication directe et d’une vraie crédibilité pour discuter de l’incident de la piscine avec les demandeurs d’asile, et éviter que ce type de problèmes ne se reproduise.

Mais Vanden Bussche a semble-t-il choisi une autre approche en montant les habitants de son village contre les demandeurs d’asile. Un choix politique dangereux. Depuis lors, un bénévole de Zebrapad a été tabassé et des hommes masqués et armés de battes de baseball ont récemment attaqué des réfugiés à Calais. Vanden Bussche ne manie pas la batte et nous aimons à croire qu’il n’incite pas volontairement à la violence. Il serait toutefois rassurant de savoir qu’en ces temps délicats, les bourgmestres laissent parler leur bon sens plutôt que leurs tripes.

Editorial de Koen Vidal en V.O. sur le site du Morgen

Traduit du néerlandais par Joyce Azar

NDLR : Après enquête, le réfugié a été relâché, il semble qu’il ne voulait en fait qu’aider la petite fille en question. Le conseil communal de Coxyde a par ailleurs décidé de ne pas interdire l’accès à la piscine aux demandeurs d’asile masculins adultes. Il demande en revanche que des cours adéquats soient donnés d’urgence au sein du centre d’asile.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée