Daar Daar logo

A Anvers, des grenades dans les pots de fleurs

Photo by Doug Maloney on Unsplash

25 juillet 2019

A Anvers, des grenades dans les pots de fleurs

Temps de lecture: 3 minutes

Les auteurs de l’attaque à la grenade survenue à Anvers n’ont pas choisi la maison de la Marsstraat par hasard, bien au contraire, affirment les habitants. Ils ont lancé les explosifs dans deux bacs à fleurs et ont ensuite pris la fuite en voiture dans un crissement de pneus. Reste à connaître les motivations de cette attaque, que personne ne comprend ici. « Nous recevions encore régulièrement des lettres adressées à un ancien résident. Les malfrats se seraient-ils trompés de maison ? »

les impacts dans les vitres de notre chambre à coucher

Thomas, le voisin d’en face, a entendu deux fortes détonations dans la nuit de dimanche à lundi. « J’ai tout d’abord pensé que notre maison s’effondrait », raconte-t-il. « Puis, j’ai vu les impacts dans les vitres de notre chambre à coucher et j’ai compris que c’est autre chose qui se tramait. »

Thomas a alors formé le numéro d’urgence. « Couchez-vous par terre et rampez jusqu’à l’arrière de votre maison », lui a-t-on dit. « Mon interlocuteur m’a également demandé de rester en ligne et trois minutes plus tard, j’entendais une armée de sirènes. »

Thomas a eu la chance que le double vitrage dont sont équipées les fenêtres de sa chambre à coucher aient pu retenir les éclats de grenade. Les dégâts sont hélas bien plus importants de l’autre côté de la Marsstraat, dans la maison visée par les auteurs de l’attaque.

dans les pots de fleurs

Un ou plusieurs inconnus ont déposé des grenades dans les pots de fleurs devant la fenêtre de cette maison. Un témoin a ensuite vu une voiture démarrer en trombe. C’était juste avant l’explosion des grenades, sur le coup de 3 heures du matin. Une explosion qui n’a fait aucun blessé, mais qui a provoqué de nombreux dégâts. La vitre de la porte d’entrée et les fenêtres de la cave de la maison prise pour cible par les malfrats n’ont pas survécu à la déflagration. Six voitures qui étaient garées dans la rue ont par ailleurs été endommagées par des éclats de grenade alors que de grandes marques de brûlures sont bien visibles à côté de la porte d’entrée.

Pourquoi ?

« Il ne fait aucun doute que c’est notre immeuble à appartements qui était visé. Mais pourquoi ? », s’interroge Rachida, qui habite avec son fils au troisième étage depuis un an et demi. « Personne, ici, n’a de liens avec des milieux douteux. C’est affreux. Nous sommes venus vivre ici précisément parce que la rue est si calme. »

Le deuxième étage de l’immeuble attaqué est occupé par une jeune mère de famille et ses trois enfants. Miriam, quant à elle, s’est installée au rez-de-chaussée il y a deux ans. Lundi, elle était en vacances. « Heureusement », soupire Eric, le père de la jeune femme, venu constater les dégâts. Lui aussi en est réduit aux supputations quant aux motivations de cette nouvelle attaque à la grenade. « Ma fille a cependant reçu pendant longtemps des lettres qui étaient destinées à un ancien habitant de l’immeuble. Des rappels de paiement et des choses du genre. Les criminels visaient-ils un ancien résident ? On ne peut pas l’affirmer mais à ce stade, c’est le seul lien que l’on peut établir avec l’attaque. »

docker au port d’Anvers.

Un ancien habitant aurait été docker au port d’Anvers. Mais personne ne veut en déduire qu’il entretenait des relations avec le milieu de la drogue. Le parquet d’Anvers, quant à lui, n’écarte aucune piste.

Le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever (N-VA), a déclaré qu’il prendra toutes les mesures administratives nécessaires afin de garantir le calme et la sécurité dans le quartier. Pour en savoir plus, il faudra attendre car le porte-parole du bourgmestre n’était pas encore à même, lundi, de dévoiler le contenu précis de ces mesures.

Sander Bral et Stéphanie Romans

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée