La Flandre, partenaire-clé du Mozambique

18 mai 2016 | Auteur : | Traducteur : Grégory Dejaeger | Temps de lecture : 1 minute

La Flandre et le Mozambique vont encore renforcer leur coopération. Elle prévoira notamment en moyenne cinq millions d’euros supplémentaires par an pour améliorer les soins de santé dans le pays.

La Flandre et le Mozambique entretiennent des liens de collaboration étroits depuis 2002 déjà. Le Mozambique devenait alors officiellement le deuxième pays partenaire de la Flandre en matière de coopération au développement. Depuis, la Flandre en est déjà à sa troisième note stratégique par pays (LSN). Le 27 avril, le ministre-président flamand Geert Bourgeois recevait le président mozambicain Filipe Nyosi, ainsi que ses ministres du Commerce et de l’Industrie, en vue de discuter de l’accord pour 2016-2020. Celui-ci portera une attention plus grande encore aux soins de santé sexuelle à destination des jeunes. Les chiffres les plus récents concernant les malades du sida datent de 2014, époque à laquelle on estimait à 1,5 million le nombre de Mozambicains contaminés.

 Épidémie de sida

L’aide flamande a, dans un premier temps, servi principalement à lutter contre les dégâts sociaux énormes occasionnés par l’épidémie de sida. Le premier protocole de collaboration formel conclu en 2004 entre les gouvernements flamand et mozambicain mettait lui aussi en avant la lutte contre l’épidémie de sida. Les deux partenaires ont depuis renforcé et amélioré leur collaboration.

La première note stratégique par pays (LSN I) de juin 2006, qui régissait la coopération entre la Flandre et le Mozambique pour la période 2006-2010, constituait une avancée significative. Elle avait pour objectif principal la poursuite de la mise sur pied d’un système de soins de santé correct, avec l’accent sur la lutte contre le sida. Elle abordait également d’autres secteurs : l’éducation, l’enseignement technique et professionnel particulièrement, le tourisme durable, l’accès à l’eau potable et l’aquaculture.

LSN II portait sur les années 2011-2015. De nouveau, le gros des moyens mis en œuvre était destiné au secteur de la santé, et plus spécifiquement à la promotion d’une sexualité responsable et à une bonne hygiène sexuelle, de même qu’à la sécurité alimentaire, considérées comme autant de conditions indispensables à une amélioration. L’espérance de vie de la population mozambicaine reste encore relativement basse : 51 ans, tant pour les hommes que pour les femmes. L’impact du sida n’explique qu’en partie ce chiffre. On déplore ainsi un taux de mortalité élevé chez les nouveau-nés et les enfants de moins de cinq ans, ainsi qu’un taux de mortalité maternelle encore relativement important. C’est pourquoi la lutte contre le paludisme, l’anémie, la syphilis, ainsi que contre les violences physiques faites aux femmes enceintes, fait également partie des objectifs de la nouvelle note.

(c) ThisisAfrica

Doorbraak

Doorbraak est un Pure Player très proche du Mouvement Flamand (VVB) édité par l'ASBL Stem in 't Kapittel.

Traducteur : Grégory Dejaeger
Auteur :
Date de publication : 10/05/2016
Article original : Lire l'article