Daar Daar logo

Vers une trumpisation du débat politique en Flandre ?

(c) Michael Bourne

2 août 2016

Vers une trumpisation du débat politique en Flandre ?

Temps de lecture: 3 minutes

Dans un entretien accordé au magazine juif Joods Actueel, Bart De Wever a réagi aux dernières attaques de Wouter Beke, président du CD&V. « La récente déclaration de Buket Karaca est édifiante. La mandataire CD&V avait affirmé que le ‘C’ du parti ne signifiait plus ‘chrétien’. Le pire, c’est que personne au CD&V n’a réagi ». À quelques semaines du début des négociations du budget au fédéral, la désunion entre les deux partis flamands n’avait jamais atteint de tels sommets.

En quelques phrases assassines, le président de la NV-A parvient comme nul autre à toucher là où ça fait mal, dans ce cas le CD&V et son obédience chrétienne. « Alors que certaines antennes du parti n’ont pas fêté Pâques depuis des années, le CD&V a réussi à placer un iftar (repas pris par les musulmans au coucher du soleil pendant le jeûne du mois de ramadan, ndlr) à son calendrier politique. Ce parti est par ailleurs le dernier opposant à l’interdiction totale d’abattre des animaux sans anesthésie. »

Bart De Wever use de ces constatations en apparence anodines pour démontrer que le CD&V convoite sciemment les voix des musulmans. Il en profite pour adresser une nouvelle pique à Wouter Beke, qui avait déclaré dans le quotidien De Morgen que le président des nationalistes flamands menait un « discours abject qu’on retrouve chez des gens comme Trump, mais qui ne sera jamais le mien. » Selon lui, « nous devons traiter nos semblables comme des individus à part entière et arrêter de stigmatiser les groupes en permanence. »

« Le Saint patron des racistes »

L’anicroche était née d’un entretien accordé la semaine dernière par Bart De Wever au magazine juif Joods Actueel, qui souhaitait notamment avoir l’avis du bourgmestre d’Anvers sur la nomination de Youssef Kobo, un membre du cabinet de la secrétaire d’État bruxelloise Bianca Debaets (CD&V) que son parti entend mettre sur le devant de la scène politique à Anvers. Selon Joods Actueel, Kobo est un homme dangereux qui « nie par tous les moyens le droit d’existence d’Israël ». De Wever s’est dit effectivement préoccupé par cette nomination. « Soyons clairs : que cet homme fasse partie du CD&V a de quoi inquiéter. Il m’a d’ailleurs récemment qualifié de Saint patron des racistes. »

Wouter Beke avait vivement réagi : « concentrons sur les compétences des individus, pas sur une quelconque étiquette fondée sur l’origine. » De Wever avait à son tour rétorqué : « Wouter Beke se trompe sur toute la ligne lorsqu’il prétend que Youssef Kobo me dérange parce qu’il est musulman. »

Attaques personnelles

Cette ultime prise de bec survient juste après les déclarations – complètement opposées – des deux présidents de parti à la célèbre phrase « Wir schaffen das » (Nous allons y arriver », ndt) d’Angela Merkel, alors que l’Allemagne se préparait à accueillir plusieurs centaines de milliers de demandeurs d’asile. À ce même moment, une discussion virulente sur Twitter avait également éclaté entre ce même Wouter Beke et Louis Ide, secrétaire de la NV-A et fidèle lieutenant de Bart De Wever. Ce dernier avait posté une photo du prêtre français assassiné par des djihadistes de l’EI, qu’il avait commentée par ces mots : « Wir schaffen das ». Il avait également ajouté les noms de Merkel et de Beke.

Le sang du président du CD&V n’avait à nouveau fait qu’un tour. « Il dépasse les bornes », avait-il tonné. « Attribuer la responsabilité du meurtre de ce prêtre par des djihadistes de l’État islamique à Angela Merkel et m’associer à cette responsabilité, c’est tout simplement abject. Les mots me manquent pour décrire mon sentiment. Et que le parti ne prenne pas la peine de réagir à ce tweet en dit long sur ses valeurs. J’espère seulement qu’il ne s’agit que d’un incident ponctuel et que nous ne nous engageons pas dans une sorte de trumpisation de la politique flamande. » Dans un entretien accordé au Morgen, il avait ensuite ajouté : « même Filip De Winter se garderait de faire de telles déclarations. »

Cela fait longtemps que le torchon brûle entre les deux partis, mais leur désunion n’avait encore jamais atteint de tels sommets. Cette escalade d’attaques personnelles et d’injures est sans précédent. Les négociations budgétaires au sein du gouvernement fédéral commenceront dans un mois. Elles s’annonçaient déjà très difficiles. Cela promet.

© DaarDaar ASBL 2017 - Mentions légales - Vie Privée